Beauté

5 signes que vous buvez trop d'alcool

08 décembre 2018 - 15 : 06
par Mylène

Un verre de vin pendant le dîner, juste une petite bière pour la route et il ne vous reste vite plus qu'un souvenir assez vague de ce que vous avez bu la veille...

Comment savoir si vous ne buvez pas trop d'alcool ?

Voici 5 signes qui vous permettent de savoir si vous consommez trop d'alcool, ou si vous savez boire avec modération.

J'ai vraiment besoin d'un verre...

Vous ne savez pas dire non quand on vous propose un verre, vous avez envie d'alcool et vous avez hâte de boire un verre de vin ou une bonne bière pour l'apéro.

Votre consommation d'alcool devient excessive dès le moment où vous sentez que vous devez boire un verre pour vous détendre.

J'ai besoin de boire plus qu'avant, l'alcool ne me fait plus aucun effet

Boire un seul verre d'alcool, ça ne vous fait plus rien, vous avez besoin de boire au moins deux ou trois bières pour commencer à ressentir les mêmes effets ou vous vous rendez compte que vous buvez beaucoup plus qu'avant.

Tout comme pour n'importe quelle addiction, votre corps commence à développer une tolérance à l'alcool et il y a dans ce cas un grand risque de développer une vraie dépendance.

Il y a plusieurs niveaux différents de dépendance et ça ne veut pas forcément dire que vous pouvez trop. Ca peut commencer avec une dépendance psychologique, ce moment où vous vous dites "j'ai besoin d'un verre" ou si vous en venez à parfois pensez que vous n'arriverez pas à vous détendre si vous ne buvez pas.

Hélas, cette dépendance psychologique peut très vite devenir une dépendance physique avec votre corps qui commencera à exprimer des symptômes de manque comme des tremblements, une transpiration excessive ou la nausée dès que vous n'aurez plus d'alcool dans le sang.

Je bois quasiment tous les jours

Boire de temps en temps ou pour les occasions est assez courant, mais si vous vous rendez compte que vous buvez quasiment tous les jours, il est temps de réaliser que vous avez un problème d'alcool.

D"après cette étude, il ne faudrait pas boire une seule goutte d'alcool pour être en bonne santé. Par ailleurs, il est recommandé de ne pas consommer plus de 2 verres d'alcool par jour pour une consommation à moindre risque, et beaucoup affirment que l'idéal est de ne pas boire une seule goutte d'alcool.

Il est donc important de surveiller sa consommation d'alcool, en particulier quand on boit chez soi, car on a souvent tendance à se servir des verres bien remplis, parfois sans même s'en rendre compte.

4. Je bois seul

Si vous buvez quand vous êtes seul, attention : cela peut être un signe révélateur que vous avez un problème d'alcool.

Une étude a par ailleurs démontré que le fait de boire seul était souvent lié à une plus grande consommation d'alcool et un plus grand risque de développer une addiction à l'alcool.

5. Mais non, je n'ai pas de problème d'alcool... je te jure !

Le déni fait aussi partie des signes qui doivent vous alerter et qui peuvent vous faire comprendre que vous avez un problème d'alcool.

Si vous vous rendez compte que vous n'arrivez pas à reconnaître que vous buvez trop (même quand c'est évident que c'est le cas) ou que vous vous entendez dire "j'ai juste bu un verre ou deux" ou "je ne suis pas si bourré que ça, ça va", demandez-vous si c'est la vérité ou si vous n'êtes pas dans le déni.

C'est là que votre partenaire, vos amis ou vos proches peuvent vraiment vous aider.

Admettre que vous avez un problème d'alcool est le premier pas pour sortir du déni et réussir à chercher de l'aide, et vos proches peuvent vous aider à vous en rendre compte plus vite, surtout si vous êtes persuadé que votre consommation d'alcool n'est pas un problème.

Quels sont les risques d'une trop grande consommation d'alcool ?

Une surconsommation d'alcool comporte de nombreux risques pour la santé, comme l'hypertension, un risque plus élevé d'attaque cardiaque, de maladie du foie, de stérilité et un risque accru de cancer. Boire trop d'alcool ferait également perdre la mémoire.

Découvrez aussi ce qui arrive à votre corps quand vous arrêtez de boire de l'alcool.

Comment reprendre le contrôle

Si vous vous rendez compte que vous buvez trop, la première chose à faire est de le reconnaître et de décider de changer. Vous pouvez réduire votre consommation d'alcool petit à petit en laissant le temps nécessaire à votre corps pour récupérer.

D'après une étude de l'University College de Londres, boire moins d'alcool ou stopper toute consommation pendant quatre semaines permettrait d'améliorer le fonctionnement du foie, de diminuer la pression artérielle et le taux de cholestérol tout en abaissant les risques de diabète et de maladies du foie.

En revanche, si vous souffrez d'une dépendance à l'alcool, une diminution soudaine de votre consommation d'alcool s'accompagnera sûrement de symptômes de manque comme des nausées, une transpiration excessive, une envie de boire de l'alcool et des tremblements. Si vous vous sentez concerné, n'hésitez pas à demander conseil à votre médecin avant de diminuer votre consommation.

Boire de l'alcool avec modération

Comme pour beaucoup de choses, tout est question de modération, surtout quand il s'agit d'alcool. L'essentiel, c'est de ne pas être dans le déni, de se rendre compte de la quantité d'alcool qu'on boit et surtout de savoir à quel moment on boit trop, ou en tout cas plus qu'on ne le devrait si on veut rester en bonne santé.

Découvrez maintenant ce que vous devriez faire pour éviter d'avoir une gueule de bois demain et les 5 aliments à ne surtout pas manger avant une soirée arrosée.

Lire aussi :
 J'ai arrêté de boire de l'alcool pendant une semaine, et voilà ce qu'il s'est passé

 Pourquoi boire plus d'eau quand on boit de l'alcool permet d'éviter la gueule de bois
 Voilà pourquoi une gueule de bois dure bien plus longtemps que vous ne le pensez

Ajouter les points
5
Points
Mylène
Je suis Mylène, blogueuse, beauty addict, Rédactrice en Chef du webzine So Busy Girls et maman de 2 petits bouts. Et fana de chocolat. Et de bons polars. On avait dit "courte description" ?! Ah oui, j'ai oublié de dire que j'étais très (très très) bavarde...!