Humeurs

Pourquoi on ne devrait jamais dire à une personne en colère de ne pas s'énerver

05 juin 2022 - 19 : 25
par Mylène

C'est un grand classique, et on l'a sûrement déjà tous fait, souvent même sans nous en rendre compte : quand ils voient une personne qui s'agace, certains lui demandent de rester calme. Ou quand ils aperçoivent une personne en colère, ces mêmes personnes lui disent de ne pas s'énerver. Ou bien mille fois pire : quand ils voient un enfant qui commence à avoir les larmes aux yeux, certains lui ordonnent d'arrêter de pleurer.

Et c'est évidemment fait avec la meilleure intention du monde, ce qui n'invite pas ces mêmes personnes à se remettre en question sur les conséquences de leurs paroles, puisqu'après tout, celles-ci se veulent positives et réconfortantes.

En réalité, et c'est désormais scientifiquement prouvé : demander à une personne qui fait une crise d'angoisse de se calmer fait instantanément et considérablement grimper son niveau de stress. Exiger d'une personne en colère qu'elle se calme n'a jamais eu l'effet escompté, et dire à quelqu'un de triste ou de déprimé qu'il devrait au contraire sourire et profiter de la vie a très peu de chance d'avoir un impact positif, pour une raison très simple : c'est la base de l'empathie !

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Vincent (@lachainesante)

À moins de vouloir faire preuve d'empathie sombre, qui consiste à laisser l'autre penser qu'on l'écoute mais à nier purement et simplement ce qu'il ressent pour recentrer la conversation sur nous-même et le persuader que nos problèmes sont en réalité bien plus importants que les siens (et qu'ils nécessitent donc toute son attention à lui), nier l'émotion de quelqu'un n'est pas de l'empathie sincère et saine.

Cela reviendrait même plutôt à le détourner de ce qu'il ressent, et plutôt que d'apporter une solution, cela le ralentira dans la résolution de son problème ou du traitement de son émotion négative en lui rajoutant au contraire une bonne dose de culpabilité.

C'est très bien expliqué dans cette vidéo courte mais claire : tout le monde exprime sa souffrance à sa manière, et c'est tout ce qu'on devrait voir quand on observe que quelqu'un se met en colère, crie, boude, pleure ou se réfugie dans le silence. Et faire preuve d'empathie face à la souffrance de quelqu'un, ce n'est pas invalider ce qu'il ressent et exiger de lui qu'il fasse autre chose, c'est au contraire l'écouter sans jugement puis essayer de comprendre ce qui le fait tant souffrir.

Bien sûr que se mettre en colère, crier, déprimer ou pleurer n'est pas la meilleure façon de s'exprimer pour communiquer avec ceux qui nous entourent et résoudre nos problèmes. Toutefois, expliquer à une personne qui souffre et qui se sent submergée par une émotion négative que ce débordement émotionnel est illégitime et mauvais ne peut que le culpabiliser voire l'infantiliser en lui donnant l'impression qu'il n'est en réalité qu'un petit enfant qui se fait gronder parce qu'il fait une crise dans un supermarché pour avoir une pochette surprise.

Notre cerveau émotionnel fonctionnera toujours de la même manière tout au long de notre vie : parfois, il sera débordé et aura besoin de temps et de se sentir en sécurité pour pouvoir comprendre quel besoin doit être nourri. Et s'il s'agit d'un besoin de se sentir respecté, d'être écouté, d'avoir suffisamment de place, de se sentir en sécurité physique, émotionnelle ou affective, ou bien de pouvoir s'exprimer librement, ce n'est pas en invalidant les émotions exprimées qu'on va pouvoir aider la personne qui souffre.

Bien au contraire ! Puisqu'en agissant de cette manière, cela lui fera justement ressentir à quel point on la juge, on la culpabilise et cerise sur le gâteau, on la laisse ensuite seule gérer tout ça alors qu'on ne lui a apporté ni aide, ni soutien, ni écoute, ni sentiment de sécurité alors qu'elle en avait cruellement besoin.

La prochaine fois que vous avez envie de demander à quelqu'un de ne pas ressentir ce qu'elle ressent, ou que vous vous entendez (car il peut arriver qu'on le fasse malgré nous en voulant trop bien faire ou aller trop vite) lui demander de se calmer ou de se taire, posez-vous la question : n'êtes-vous pas en train d'ajouter de l'huile sur le feu à chaque parole que vous prononcez en ce sens ?

Ecouter sincèrement, sans empathie sombre mais avec la réelle volonté de se mettre à la place de l'autre pour essayer de comprendre ce qu'il peut ressentir sera toujours bien plus utile que de dire à quelqu'un qui s'énerve d'arrêter de s'énerver. Même si, de votre point de vue, c'est logique et c'est la meilleure chose à faire.

Pour aller plus loin, découvrez maintenant 5 raisons pour lesquelles pleurer est en réalité TRES courageux.

Lire aussi :
♥ Le meilleur moyen de réduire instantanément son niveau de stress (ce serait plus efficace que rire ou dormir)
 Pleurer devant un film n’est pas un signe de faiblesse mais de force mentale (et c’est prouvé)
♥ Cette technique toute simple qui soulagera votre stress en seulement 30 secondes

Mylène
Je suis Mylène, blogueuse, beauty addict, Rédactrice en Chef du webzine So Busy Girls et maman de 2 petits bouts. Et fana de chocolat. Et de bons polars. On avait dit "courte description" ?! Ah oui, j'ai oublié de dire que j'étais très (très très) bavarde...!