Beauté

« Oui, bonjour : c’est la dépression ! », la vidéo qui déculpabilise tous ceux qui n'ont pas un moral éclatant en ce moment

21 mai 2021 - 14 : 46
par Mylène

On vous parlait très récemment du languishing, qui semble être l'émotion dominante en 2021 et depuis le début de la crise sanitaire, et qui décrit un état émotionnel intermédiaire où l'on ne se sent ni heureux, ni malheureux, ni déprimé, ni très joyeux non plus. On manque d'énergie, on se sent fatigué, et cet état léthargique pèse jour après jour sur notre moral.

Le nombre de personnes en dépression explose également depuis la pandémie, et il n'a jamais été aussi important que depuis le début de la crise sanitaire de prendre bien soin de sa santé mentale.

Seulement, dès qu'on parle de dépression, de fatigue psychique, de manque de motivation ou d'enthousiasme, la culpabilité frappe très vite à notre porte et on se sent presque coupable de se sentir mal. Eh oui, car de quoi se plaint-on ? On connaît toujours des cas « pires que nous », on a peur de passer pour un geignard qui se plaint tout le temps ou qui veut juste susciter la pitié (et quand on se sent déjà vulnérable et fragilisé, on n'a vraiment pas besoin de se sentir en plus en mode victime par-dessus), enfin bref on a du mal à dire ouvertement et en l'assumant pleinement qu'on fait une dépression ou qu'on se sent mal.

La YouTubeuse Coline que j'aime beaucoup pour son naturel et son franc parler a posté il y a un mois et demi une vidéo dans laquelle elle parle ouvertement de sa dépression, en reconnaissant clairement qu'elle n'est pas une spécialiste, mais qu'elle parle de sa propre expérience, en toute sincérité. Et ça fait du bien ! Parce que cette vidéo et ce témoignage sont très déculpabilisants pour tout le monde. Oui, on a le droit de se sentir fatigué, épuisé, déprimé. Oui, on a le droit de se reposer, de faire des pauses, de ne plus avoir envie, de demander de l'aide. Non, on n'a pas à avoir honte de dire sincèrement comment on se sent, de ne pas sourire si on n'en a pas envie, de ne pas faire semblant d'aller bien alors que ce n'est pas le cas juste pour protéger ceux qui nous entourent (car finalement, ça protège qui de ne pas oser être soi-même et de ne pas dire sincèrement ce qu'on pense ?).

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par COCO (@coline)

Avant de faire cette vidéo, Coline avait publié un post Instagram dans lequel elle se confiait sur sa démotivation et sa prise de conscience que le formatage à la productivité et à la performance ne fait de bien à personne, surtout quand on se force constamment à aller toujours plus loin, plus haut, plus fort en dépit de sa santé (physique et / ou mentale) alors qu'on n'en a ni l'envie, ni la motivation, ni finalement peut-être la capacité...

Ce post a trouvé énormément d'écho auprès de ses abonnés, et c'est rassurant : parler de santé mentale, c'est normal, dire quand ça ne va pas et ne pas avoir envie de se forcer à sourire quand on n'en a aucune envie, c'est normal, et prendre autant (sinon plus !) soin de sa santé mentale que de sa santé physique, c'est normal aussi.

Je suis tombée sur une autre de ses vidéos qui parlait cette fois de la colère, et qui s'intitule d'ailleurs très simplement « Vive la colère » et dans laquelle elle expliquait qu'il fallait arrêter d'attendre des femmes qu'elles sourient tout le temps, qu'elles soient de bonne humeur, qu'elles soient joyeuses, parce que ce n'est absolument JAMAIS quelque chose qu'on attend d'un homme. Personne n'attend d'un homme qu'il soit tout le temps souriant, personne ne trouve bizarre qu'il fasse la tronche ou qu'il ait un visage totalement fermé, par contre c'est étonnant qu'une femme soit peu expressive, ne sourie pas ou PIRE : qu'elle se mette en colère !

Parce qu'une femme qui se met en colère, qui tape du poing sur la table, qui s'exprime finalement fortement ou qui s'agace (en général parce qu'elle ne s'est pas sentie écoutée les 15 fois précédentes où elle a essayé de communiquer), c'est choquant, ça surprend, on ne comprend pas ce qu'il lui prend ou quelle mouche la pique, c'est bizarre, d'ailleurs la seule explication c'est qu'elle doit être hystérique, avoir un problème, avoir ses règles... (les clichés insensés, au secours).

Parce qu'une femme ne peut pas se mettre en colère de façon légitime, pour s'exprimer, alors que c'est quelque chose de tout à fait accepté et même encouragé chez un homme (ah oui, parce qu'un homme qui s'énerve et qui tape du poing sur la table, c'est un homme qui a des couilles, qui a du caractère, de la personnalité, du charisme... alors qu'inversement, lui, il est déjà a priori plus écouté, apprécié et respecté pour ce qu'il fait qu'une femme à compétences égales, mais c'est pas grave, inégalités bonjour).

Tout ça pour dire que cette vidéo qui revalorise la colère chez les femmes a le même pouvoir déculpabilisant que sa vidéo sur la dépression : oui, on a le droit d'être en colère tout autant qu'on a le droit d'être en dépression et on a même le droit de le dire sans être jugée pour ça.

On en revient toujours finalement à l'acceptation de la différence, au problème des jugements injustes que beaucoup se permettent d'avoir sans savoir et à l'importance de laisser les autres être qui ils sont et / ou qui ils veulent être.

Ne culpabilisez pas et tranquillisez-vous si vous n'allez pas bien, que vous n'avez plus d'énergie, que vous aussi, vous avez un coup de mou. Prenez soin de vous, entourez-vous de proches soutenants, apaisants et aimants et courage : on espère de tout coeur que ça va passer et que ça ira vite mieux.

Découvrez maintenant 9 pistes pour prendre soin de sa santé mentale.

Lire aussi :
5 signes que vous souffrez de fatigue pandémique et 8 conseils pour y remédier au plus vite

Se promener chaque jour en pleine nature rend beaucoup plus heureux, et c'est prouvé

5 applications de santé mentale dont vous avez besoin sur votre téléphone

Mylène
Je suis Mylène, blogueuse, beauty addict, Rédactrice en Chef du webzine So Busy Girls et maman de 2 petits bouts. Et fana de chocolat. Et de bons polars. On avait dit "courte description" ?! Ah oui, j'ai oublié de dire que j'étais très (très très) bavarde...!