Food

Pourquoi je refuse de surveiller ce que je mange pendant les vacances

25 juillet 2018 - 20 : 31
par Clémence

Je ne fais pas partie de ces personnes qui peuvent manger ce qu'elles veulent sans prendre de poids.

J'ai par contre la chance de ne jamais avoir eu besoin de faire de régime drastique ou long pour retrouver la ligne.

Pourtant, comme la plupart des femmes, je dois manger relativement équilibré, contrôler les quantités que je mange et faire du sport si je veux garder la ligne.

Mais s'il y a bien une chose que je refuse de faire, c'est de surveiller ce que je mange quand je suis en vacances.

J'ai commencé à adopter cette règle il y a à peu près deux ans.

Car après des années à surveiller de près ce que je mangeais pendant mes vacances et même parfois à compter les calories absorbées chaque jour de congé, je me suis aperçue que ce que je mangeais pendant les vacances avait en réalité un impact très négligeable sur mon poids mais un impact énorme sur mon plaisir et mon bien-être.

Mes petits plaisirs préférés dans la vie, ce sont les pâtes, le fromage et les cocktails.

Et d'habitude, je sais que manger trop souvent ces aliments me fait prendre du poids, tandis que dès que j'en mange moins, je perds quelques kilos assez rapidement.

Pourtant, j'ai fini par comprendre que pour moi, des vacances sans pâtes et sans apéro, ce n'était pas vraiment des vacances.

Comme la plupart des gens de plus de 30 ans le savent bien, plus on vieillit, plus notre poids dépend de ce qu'on mange et du nombre d'heures qu'on passe chaque semaine à faire du sport.

Pour ma part, c'est quand j'ai eu 25 ans que j'ai commencé à m'apercevoir que mon état physique et la façon dont je me sentais dépendaient directement de ce que je mangeais.

C'est à partir de mes 30 ans que j'ai commencé à surveiller ce que je mangeais au quotidien, mais aussi pendant les vacances.

Plus les années passaient et plus j'avais du mal à perdre du poids quand j'avais pris quelques kilos, et j'avais peur que si je prenais 4 ou 5 kilos pendant les vacances, ça deviendrait quasiment mission impossible de les reperdre ensuite.

Après plusieurs années, j'ai fini par réaliser que cette volonté de surveiller ce que je mangeais pendant les vacances était en réalité un effort inutile et vain — en tout cas, pour moi.

Car bien évidemment, tout le monde devrait essayer de manger le plus sainement possible pour se sentir bien et être en bonne santé.

Ceci étant dit, voilà pourquoi j'ai changé d'avis et j'ai décidé d'arrêter de surveiller ce que je mangeais pendant les vacances :

1. Je profitE moins de mes vacances

Manger et boire sont pour moi deux vrais plaisirs dans la vie. Limiter ce que je mange ou ce que je bois pendant les vacances m'empêche donc clairement de vraiment en profiter.

Au lieu de me détendre et de m'amuser, je passais mon temps à stresser parce que je ne mangeais pas assez équilibré ou parce que j'étais frustrée de ne pas m'autoriser de manger une glace ou de boire un verre de vin alors que j'en avais envie.

Au final, je commandais souvent des salades qui semblaient équilibrées mais vraiment pas gourmandes du tout, j'avais très envie d'un verre de piña colada mais je commandais plutôt un verre de vin pour essayer de limiter les calories (tout en pensant tout le long du repas à mon cocktail préféré que j'aurais finalement aimé boire).

2. Je n'arrive pas à manger équilibré tout le temps quand je suis en vacances

Souvent, "surveiller" ce que je mange pendant mes vacances ne veut pas dire que je fais des choix plus sains.

En général, je mange ce qui me fait envie — mais je passe aussi trop de temps à être obsédée par ce que je mets dans mon assiette et le nombre de calories que ça représente.

Comme il est souvent difficile de déterminer quels sont les choix les plus équilibrés sur les menus au restaurant, je passais un temps fou à passer commande pour finalement en revenir à mon premier choix.

Et quand j'osais enfin commander mon verre de piña colada pour l'apéro, je finissais toujours par culpabiliser et ne pas en profiter pleinement.

J'ai un fort esprit de contradiction et peu de motivation, ce qui fait que plus je pense à quelque chose, plus j'en ai envie. Je finis donc quasiment toujours par craquer, puis culpabiliser, ce qui est au final complètement contre productif.

3. Je me suis rendue compte qu'écouter mon corps était tout aussi efficace

Au lieu de m'inquiéter de ce que j'allais manger avant de le manger, je me suis aperçue que si j'écoutais mon corps, je n'avais pas besoin de m'en remettre à ma volonté.

Devinez qui a rarement envie d'une deuxième piña colada ? Mon corps. Devinez qui a une envie folle de salade après des jours à manger du fromage à tous les repas ? Moi. Devinez qui a envie d'y aller mollo sur les cocktails après avoir un peu trop bu d'alcool la veille ? Encore moi.

Avec les années, je me connais mieux, je maîtrise donc mieux les quantités et je sais quand je suis rassasiée et quand je devrais arrêter de manger.

Comme je surveille ce que je mange au quotidien, je suis habituée à équilibrer mes repas et à alterner les petits plaisirs avec des plats plus sains. Et si j'ai tendance à abuser, mon corps me le fait très vite savoir !

4. Je suis très active pendant les vacances

A part les journées passées à bronzer à la plage, je fais beaucoup de sport quand je pars en vacances.

J'aime beaucoup découvrir les villes que je visite à pied, et je marche donc plusieurs kilomètres chaque jour.

Parfois, avec mon homme, on loue des vélos ou on part en randonnée.

En général, j'ai beaucoup plus d'appétit que d'habitude, et je mange plus souvent quand j'ai vraiment faim.

Ca m'encourage à me faire plaisir avec un bon dessert ou un gros goûter si j'en ai envie.

5. J'arrive plus facilement à manger en pleine conscience pendant les vacances

Même si j'essaye d'éviter de grignoter des aliments gras ou trop sucrés (comme les chips ou les sucreries), je succombe souvent à la tentation, en particulier au bureau quand je suis stressée.

Je me retrouve ainsi parfois à dégommer un paquet de chips ou une barre de chocolat devant mon écran d'ordinateur sans vraiment y penser.

Inversement, en vacances, je grignote rarement à moins d'avoir vraiment faim, et quand j'ai faim, je savoure mon goûter ou mon encas en pleine conscience, ce qui est le meilleur moyen de moins manger au final.

6. J'ai compris que c'était une bataille perdue d'avance

Après mes dernières vacances pendant lesquelles j'avais été plutôt active (mais très gourmande !), je me suis pesée et je me suis ainsi rendue compte que je n'avais pas pris un gramme.

C'est à partir de ce moment-là que je me suis autorisée à manger ce que je voulais sans culpabiliser, et je ne suis plus jamais retournée en arrière depuis.

Je me suis rendue compte que je profitais beaucoup plus de mes vacances depuis que je ne m'imposais plus toutes ces règles.

Je me suis aussi aperçue qu'il y a certaines semaines, le reste de l'année, où je ne mange pas toujours très équilibré, ou bien pendant lesquelles je ne fais quasiment pas de sport, par exemple quand je suis débordée au bureau ou que je me sens très stressée.

Mon poids varie toujours un peu pour de nombreuses raisons (changement de traitement médicamenteux, cycle menstruel, séances de sport plus intensives et plus nombreuses ou plusieurs semaines d'affilée à manger de la pizza et boire des cocktails tout le weekend).

J'ai fini par accepter que ça faisait partie de la vie et j'ai arrêté de me stresser parce que j'avais pris quelques kilos.

Tant que j'essaye de manger équilibré et d'avoir un mode de vie sain sur le long terme, tout finit toujours par se rééquilibrer naturellement.

Je vais bientôt partir en vacances pendant deux semaines, et peut-être que je vais prendre quelques kilos, ou peut-être que non.

Quoi qu'il en soit, c'est décidé : je ne m'inquiéterai pas pour ça !

Lire aussi :
21 conseils infaillibles qui vous aideront à perdre vos kilos en trop
10 choses à se dire pour que la perte de poids ne devienne pas une obsession

Pourquoi j'ai arrêté de me peser tous les jours — et comment ça continue de me toucher au quotidien

Ajouter les points
15
Points
Clémence
Je fais partie de la rédac' SBG, et j'aime écrire, sortir, m'amuser, manger (très important, ça aussi !) et partager. Je vous propose donc régulièrement de découvrir mes derniers coups de <3.