Humeurs

Pourquoi épier la vie des personnes qu'on déteste est aussi addictif

06 août 2021 - 16 : 49
par Mylène

Vous n'arrivez pas à vous en empêcher, mais vous passez régulièrement du temps sur les réseaux sociaux pour aller épier la vie des personnes que vous détestez. Vous les trouvez insupportables, vous les avez sorties de votre vie parce que vous ne vouliez plus leur accorder de l'énergie, vous ne voulez plus rien avoir à faire avec elles et pourtant, vous continuez à les observer voire à les stalker sur les réseaux sociaux.

Ce phénomène n'est pas isolé, rassurez-vous : de nombreuses personnes ont cette même mauvaise habitude, et elles se retrouvent à stalker des gens qu'elles détestent un peu malgré elles, alors qu'elles sont parfaitement conscientes que cela les agace plutôt qu'autre chose.

Pourquoi sommes-nous prêts à faire preuve de véritables talents de détective pour épier la vie de personnes qu'on n'apprécie même pas avec une telle obsession sur les réseaux sociaux ? Ce réflexe addictif n'est pas bon pour la santé mentale et a même de grandes chances de vous faire souffrir si, à trop vous comparer aux autres, vous en venez à déprimer sur votre propre vie et à vous dévaloriser sans cesse... Alors quel intérêt avons-nous à stalker régulièrement les gens qu'on n'aime pas ?

Une impression de reprendre le pouvoir

Si nous y sommes tant attachés, c'est parce qu'il s'agit généralement de relations inachevées, qui génèrent chez nous une certaine souffrance (de la jalousie, un sentiment d'abandon, du rejet, une source de dévalorisation). Cela peut être une amitié qui s'est interrompue brutalement, un ex qui nous a quittée du jour au lendemain sans nous donner aucune raison, un collègue avec lequel on a été en conflit lors de notre précédent job, etc. Dans ce cas, stalker ces personnes est une façon de reprendre le pouvoir, du moins en apparence puisqu'on épie les infos, photos, posts ou stories de ces personnes et on s'immisce dans leur vie de façon totalement anonyme, sans qu'eux ne puissent le savoir et sans déclencher de conversation. Cette impression de décalage en notre faveur représente en quelque sorte un rééquilibrage de la relation, surtout lorsqu'on considère qu'on a été lésé par le passé parce qu'on subissait la relation et que l'autre avait l'ascendant sur nous. Là, c'est nous qui avons le contrôle de la situation, bien caché derrière notre écran, l'autre ne peut pas nous atteindre et n'a même aucune idée de ce que nous savons sur lui.

Evidemment, l'autre peut tout à fait faire la même chose à son tour, sauf si nous n'avons que des comptes privés sur les réseaux sociaux, mais nous avons tout même cette sensation de reprendre le pouvoir, de contrôler et dominer pour une fois la situation, ou même de maintenir le lien de manière détournée et totalement artificielle, ce qui peut apaiser les personnes qui ont souffert de voir la relation être interrompue brutalement du jour au lendemain.

Un processus qui devient très vite addictif

Le truc, avec cette habitude de stalker une autre personne sans qu'elle le sache, c'est qu'on y prend très vite goût et que cela devient rapidement addictif, au point que certains se rendent de plus en plus souvent, parfois plusieurs fois par jour ou par heure, sur les réseaux sociaux de la personne épiée.

Même si on sent au fond de nous que cette habitude n'est pas très saine, comme pour tous les comportements addictifs, on a bien du mal à s'en défaire et cette attention devient très vite obsessionnelle au point d'être totalement intégrée à notre routine.

Pourtant, il est très souvent nécessaire de se détacher de cette mauvaise habitude car elle est quasiment toujours associée à un glissement de notre attention qui nous détourne du réel problème.

comment arrêter de stalker et d'épier quelqu'un sur les réseaux sociaux ?

La première chose à faire est de comprendre pourquoi on ressent ce besoin si addictif de stalker cette personne sur les réseaux sociaux : à nous d'être honnête avec nous-même et de comprendre si c'est une façon d'entretenir le lien malgré tout, de comparer nos vies en espérant dévaloriser l'autre (mais en finissant bien souvent par ressentir de la jalousie ou par se dévaloriser soi-même) ou de la curiosité mal placée.

Dans tous les cas, il faut bien comprendre qu'à chaque fois qu'on stalke d'autres personnes, surtout celles qu'on déteste, en ligne, on ne s'accorde pas l'espace mental nécessaire pour prendre ses distances, intégrer que la relation est terminée, se réparer, se reconstruire, guérir et vraiment avancer. Pour y parvenir, il est indispensable de se convaincre que ces personnes n'ont aucune importance et que si nous avons souhaité couper les ponts avec elles ou interrompre la relation, il y avait de très bonnes raisons à cela.

Stalker et épier les réseaux sociaux fait beaucoup de mal à notre santé mentale car cela nous pousse à nous comparer aux autres, à voir leur bonheur (sûrement artificiel) exploser sous nos yeux et finir par perdre le contrôle sur cette sensation de meilleur équilibre de la relation. Ce que vous pouvez réellement contrôler, c'est ce que vous choisissez de regarder chaque jour : désabonnez-vous de toutes ces personnes que vous ne souhaitez plus fréquenter ou que vous n'appréciez pas, arrêtez de regarder leurs activités car au fond de vous, cela ne vous intéresse pas et vous avez bien d'autres choses dans votre vie qui méritent votre énergie et votre concentration, stalker les personnes que vous détestez tous les jours n'en fait pas partie.

Découvrez maintenant ce qu'est le « cookie jarring », la nouvelle tendance toxique dont vous devriez vraiment vous méfier.

Lire aussi :
5 applications de santé mentale dont vous avez besoin sur votre téléphone
Le breadcrumbing, cette technique de drague insupportable qui nous fait espérer mais ne mène nulle part

♥ 4 questions à poser le plus tôt possible à votre partenaire pour faire avancer votre relation

Mylène
Je suis Mylène, blogueuse, beauty addict, Rédactrice en Chef du webzine So Busy Girls et maman de 2 petits bouts. Et fana de chocolat. Et de bons polars. On avait dit "courte description" ?! Ah oui, j'ai oublié de dire que j'étais très (très très) bavarde...!