Humeurs

Si vous avez l'impression de perdre la mémoire, c'est peut-être à cause du confinement

19 avril 2021 - 16 : 13
par Mylène

Vous ne vous en doutez peut-être pas, mais le confinement a un impact très négatif sur votre mémoire. Plusieurs études ont en effet révélé que le manque d'interactions sociales, la routine ou encore la dépression pouvaient avoir des conséquences néfastes sur les souvenirs. Ce phénomène étant exacerbé par le confinement, ne vous inquiétez donc plus si vous oubliez une date, une chose importante ou une tâche urgente.

Le manque de contact social a un impact négatif sur nos souvenirs épisodiques

Vous n'êtes en effet vraisemblablement pas le seul dans ce cas, puisque le manque de contact social affecterait nos souvenirs. D'après une étude relayée par la BBC, les conversations que nous avons au quotidien avec les personnes qui nous entourent nous aident à consolider les souvenirs épisodiques de ce qu'il s'est passé dans la journée en nous procurant de nombreux points d'ancrages dû au contexte et aux circonstances de ces conversations.

perte de la notion du temps

Avec le confinement et l'obligation de limiter nos contacts sociaux au strict minimum, nous ne pouvons plus discuter comme nous pouvions le faire avant, et comme chaque journée de confinement se ressemble, sans rythme et sans nouveauté, nous perdons également toute temporalité ce qui nous prive de points d'ancrage précieux pour mémoriser les souvenirs.

De nombreuses personnes se plaignent d'ailleurs d'avoir totalement perdu la notion du temps, au moins ponctuellement, pendant le confinement.

perte des repères de lieux

Le fait de ne plus sortir (ou encore une fois un minimum) nous empêche également de pouvoir ancrer nos souvenirs en les associant à des repères de lieux.

Là où, auparavant, une journée classique pouvait être rythmée par une conversation à la machine à café, un appel téléphonique en sortant du métro, une discussion sur la météo avec un voisin dans l'ascenseur ou un moment de lecture au parc à la pause-déjeuner, et nous permettait donc de resituer rapidement les conversations pour mieux s'en souvenir, pendant le confinement, nous vivons toutes nos tâches de la journée quasiment dans la ou les mêmes pièces.

une sédentarité accrue qui limite l'utilisation de l'hippocampe

La sédentarité, conséquence directe du confinement, impacte également notre mémoire puisqu'en restant confiné, on utilise moins son hippocampe, l’aire cérébrale occupant un rôle crucial dans la mémoire et la navigation spatiale.

la dépression augmente les pertes de mémoire

Les pertes de mémoire plus fréquentes peuvent enfin s'expliquer par la dépression, qui touche hélas de plus en plus de personnes à chaque nouvelle période de confinement. Or d'après une étude menée en 2015 par des chercheurs de l’Université de Sidney et publiée dans la revue Molecular Psychiatry, l'hippocampe, la zone de souvenirs temporaires, est plus petite chez les personnes atteintes de dépression que celle des personnes en bonne santé.

Si vous avez l'impression d'avoir perdu la notion du temps ou d'avoir une mauvaise mémoire depuis le début de la crise sanitaire ou du dernier confinement, rassurez-vous : vous êtes donc loin d'être le seul et il y a des moyens simples, rapides et efficaces d'y remédier. Il suffit en effet de pratiquer des activités qui stimuleront votre cerveau, même en étant confiné.

Faites des to do lists pour ne plus rien oublier, notez tout ce que vous faites dans un agenda pour vous aider à suivre jour après jour les tâches effectuées, tenez un journal pour y raconter les moments forts de votre semaine et faites le plus souvent possible l'une de ces 10 activités idéales pour booster son cerveau.

Lire aussi :
Voici les 20 livres les plus lus pendant le confinement
Pourquoi l'année 2020 aura eu de grands bienfaits sur les relations humaines
Le bingo du confinement (on est sûrs que vous en avez au moins 8 !)

Mylène
Je suis Mylène, blogueuse, beauty addict, Rédactrice en Chef du webzine So Busy Girls et maman de 2 petits bouts. Et fana de chocolat. Et de bons polars. On avait dit "courte description" ?! Ah oui, j'ai oublié de dire que j'étais très (très très) bavarde...!