Humeurs

C'est prouvé : le manque de tendresse peut conduire à la dépression

25 octobre 2020 - 17 : 53
Bannière mobile 350 petite
par Mylène

En cette période de crise sanitaire, la tendresse vient parfois à manquer, surtout chez les célibataires et les personnes isolées. Pourtant, elle est absolument indispensable à notre équilibre et à notre bien-être au quotidien.

Tous les bienfaits de la tendresse

La tendresse peut s'exprimer de multiples façons. On la définit comme un « sentiment affectueux qui présente un caractère de douceur et de délicatesse », et peut aussi bien être un geste tendre (un câlin, une caresse, se tenir par la main) qu'une petite attention pleine de gentillesse ou une parole douce.

Si ces gestes ont l'air accessoires en apparence, ils sont en réalité essentiels et ont un impact fondamental sur notre psychisme dès l'enfance puisque la tendresse joue un rôle primordial dans le développement des nouveaux-nés. Le « syndrome de l’hospitalisme » est par exemple un syndrome de régression mentale associé à un profond état dépressif qui se manifeste chez les jeunes enfants brusquement ou longuement coupés de leurs parents, et donc de tout lien d'affection.

La tendresse est donc essentielle à notre bien-être, et heureusement, l'hospitalisme (comme le manque de tendresse) est réversible : la (très) bonne nouvelle, c'est qu'il est possible de retrouver une stabilité affective, à condition de recevoir des gestes tendres et de pouvoir d'une manière ou d'une autre faire le plein de tendresse.

Les conséquences de la tendresse à l'âge adulte

La tendresse a également des répercussions non négligeables à l'âge adulte. Selon la théorie de l'attachement, un jeune enfant a besoin de développer une relation privilégiée avec un parent pour ressentir une sensation de protection et de sécurité, indispensable à un développement social et émotionnel normal puis à une curiosité intellectuelle, relationnelle et à une absence de crainte face à la nouveauté une fois adulte.

Si l'enfant subit un manque de tendresse, cela aura également une lourde influence plus tard, puisque cela pourrait mettre l'adulte en grande difficulté pour se positionner face à l'affect. Si l'enfant n'a pas pu créer de lien affectif solide avec son entourage, il ne peut pas se sentir aimé, en sécurité, et cela influencera directement ses capacités à entrer en relation avec autrui pendant toute la durée de son développement puis à l'âge adulte. Une petite enfance sans mots ni gestes tendres aura une conséquence durable chez l'adulte qui éprouvera des difficultés à entretenir des relations saines avec les autres mais aussi avec lui-même.

Inversement, et c'est là que c'est rassurant, les marques d'affection positives et la proximité physique (baisers, câlins, caresses, gestes tendres) auront un impact global très bénéfique puisqu'ils auront un effet instantanément apaisant et contribueront à diminuer le stress et la peur. Sur le long terme, ce sont ces gestes de tendresse qui permettront de développer la capacité de faire confiance, de maintenir des liens épanouissants, d'exprimer ses émotions et de mieux savoir gérer des situations anxiogènes ou des conflits.

Les conséquences possibles de la distanciation sociale

La distanciation sociale et les « gestes barrières » risquent d'augmenter le sentiment d'abandon et le risque de dépression. Cela peut même aller dans le pire des cas jusqu'à la décompensation, c'est-à-dire une rupture de l'équilibre psychique qui pousse la personne à sortir du réel. Celle-ci se sent alors déconnectée du monde ; on peut dans ce cas voir apparaître un sentiment d'angoisse et d'insécurité pouvant mener la personne à un état d'alerte constante : peur de l'extérieur, de l'autre, de soi, du danger. Cet état dépressif peut engendrer des risques de se malmener et de nuire directement à son bien-être (insomnies chroniques, sous ou sur-alimentation, manque d'hygiène, alcoolisme, etc.).

Comment nourrir son manque affectif ?

Heureusement, il est tout à fait possible de trouver des alternatives pour nourrir son manque affectif sainement et préserver son bien-être au quotidien. Les célibataires confinés ont par exemple dû trouver des solutions simples et accessibles seul au quotidien : l'auto massage (des mains, des pieds, des jambes ou du reste du corps) est par exemple très efficace, tout comme tous les outils qui permettent la détente physique et la libération d'endorphines (sport, ASMR, méditation, relaxation, sophrologie, prendre un bain car l'eau chaude sécurise ou encore masturbation).

L'objectif est d'entrer en contact avec soi-même, d'être tendre avec son propre corps et de trouver de la tendresse dans le contact virtuel ou à distance avec les autres, quel que soit le mode d'expression (musique, écriture, lecture, méditation, etc.). Car la tendresse n'est pas que physique : elle se trouve aussi dans les mots réconfortants qui font du bien à l'esprit et peuvent nous procurer ce profond et précieux sentiment de bien-être et de sécurité. La voix, rassurante et douce, d'un proche pour qui l'on a beaucoup d'affection peut également avoir un impact très positif et provoquer une profonde détente physique et psychique. Il est important de veiller à maintenir des contacts même s'ils ne sont pas physiques, car le seul fait de savoir qu'on a un espace où discuter et échanger peut suffire à procurer ce sentiment de sécurité et lutter contre le sentiment d'abandon.

Il est important de toujours le garder à l'esprit, surtout en cette période particulière où la distanciation sociale et les gestes barrières sont de mise.

Découvrez maintenant ces 19 façons originales et pleines de tendresse de lui dire je t’aime.

Lire aussi :
« Je t'offre des pensées positives et de la joie », la jolie boîte Larousse pour se faire du bien

♥ 17 chansons d'amour pour lui dire je t'aime
♥ 14 citations d'amour parfaites pour déclarer sa flamme

Mylène
Je suis Mylène, blogueuse, beauty addict, Rédactrice en Chef du webzine So Busy Girls et maman de 2 petits bouts. Et fana de chocolat. Et de bons polars. On avait dit "courte description" ?! Ah oui, j'ai oublié de dire que j'étais très (très très) bavarde...!