Mode

La mode : de l’aristocratie à la pop culture

01 juillet 2020 - 15 : 43
par Laura

Que serait le monde si tout le monde se ressemblait et possédait la même tenue ? Bien fade, on vous l’accorde ! C’est la diversité des personnalités et des styles qui créent la richesse du monde vestimentaire. On vous explique comment la mode est passée du monde aristocratique à l’univers de la pop culture au fil des années.

Les origines de la mode

Dans un article précédent, nous vous parlions des changements des habitudes de consommation des Français en matière de mode suite au confinement. Pour comprendre la consommation parfois excessive en matière de vêtements, il faut remonter aux origines de la mode. Voici un aperçu des étapes de la mode les plus marquantes.

Avant le 19ème siècle, la mode est aristocratique. Elle est utilisée pour mettre en avant sa condition sociale et n’a pas encore la symbolique qu’on lui connaît aujourd’hui. C’est à partir de la fin du 19ème siècle que les premières maisons de Haute Couture sont lancées. Les plus grands créateurs tels que Lanvin, Chanel ou encore Yves Saint-Laurent émergent au cours du 20ème siècle et ne travaillent que pour des clients aisés.

Le début de la « mode de masse »

Le vêtement commence à envahir les magasins des petites et grandes villes. Le mouvement « mode de masse » est amorcé. En 1930, la mode fait son entrée dans le monde de la publicité et du cinéma. Changement de cap au cours de la Seconde Guerre Mondiale, les pénuries et restrictions sont tellement importantes que les femmes font preuve d’ingéniosité pour se vêtir : les rideaux sont détournés pour en faire des vêtements, les jambes sont teintes et un trait est dessiné derrière la jambe pour simuler la couture des bas. Après 1945, l’euphorie est de retour et la mode redevient ultra féminine. Paris retrouve son titre de capitale mondiale de la mode et rivalise avec des villes comme New York et Milan qui possèdent leur propre style. Le site Veillon explique d’ailleurs que Milan représente la mode italienne élégante et intemporelle.

De la société de consommation… à une prise de conscience ?

Les années 80 représentent la décennie des tops models. Ces mannequins aux mensurations parfaites font la une des magazines féminins et deviennent de véritables stars. Si la mode des années 80 est à la « working girl », la mode des années 90 est plus juvénile : chaussures à plateforme, crop tops, la mode est très girly et colorée.

À l’aube des années 2000, le phénomène des marques s’impose. De plus en plus de chanteurs, acteurs ou sportifs deviennent les ambassadeurs des marques. Et ces dernières utilisent la publicité pour inciter à la consommation. Puis, Internet et les réseaux sociaux changent les codes des défilés : ceux-ci sont désormais retransmis en direct, les photos sont partagées instantanément et commentées. Les marques doivent répondre aux désirs immédiats des clients.

Mais la crise du coronavirus a touché le monde de la mode de plein fouet. L’industrie commence d’ailleurs à changer sa manière de penser et de travailler. Des maisons de Haute Couture comme Dior maintiennent leurs défilés mais sans public. D’autres marques populaires comme H&M, mettent en avant la mode écoresponsable. Une révolution est-elle en marche ? Seul l’avenir nous le dira

Laura
Je suis gourmande, susceptible et râleuse (surtout quand on veut goûter mon dessert). Mais à part ça, je ne mords pas, je vous jure !