Lifestyle

Laissez-moi vous parler de la Syrie

20 janvier 2015 - 10 : 00
par museana
« On ne peut donner que deux choses à ses enfants : des racines et des ailes ». Proverbe hébreu

Je suis française,  100% Lyonnaise d’origine, Parisienne depuis toujours.
Depuis l’année dernière, je suis aussi néerlandaise d’adoption après y avoir passé 6 mois en Erasmus.
Mais je suis aussi Syrienne de cœur après 3 ans passés dans ce pays si chaleureux et si beau dans mon enfance.

La France, les Pays-Bas, la Syrie. J’aime ces trois pays de tout mon cœur. J’ai des souvenirs inoubliables dans chacun d’entre eux.

Je ne vous parlerai pas de la France, nous la connaissons bien, elle a ses problèmes et ses qualités comme chacun de nous.

Je vous parlerai certainement  des Pays-Bas, de ses vélos, de son cadre de vie sain et serein (mais une prochaine fois).

J’ai envie de vous parler de la Syrie, de vous la présenter afin que vous la connaissiez comme je la connais.

damas-capitale-de-la-syrie-

Alors voilà, je vous présente la Syrie et sa capitale Damas, qui  m’a accueillie trois ans alors que j’étais en primaire.

J’habitais un appartement, j’y ai découvert une maison avec un jardin. Je détestais ou adorais la pluie parisienne selon les jours, j’ai profité là-bas de 10 mois de soleil par an. A Paris je me plaignais (probablement) des journées de cours trop longues, à Damas je profitais de mes après-midis de libre. J’accompagnais ma mère au marché le dimanche (probablement en rouspétant), là-bas j’ai tenté de ne pas me perdre dans les souks.

J’y ai mangé des Chich Taouk (brochettes de poulet) et des Chich kebab (brochettes de viandes) avec du pain pita et des tartelettes aux noix et au miel (miam) que j’allais chercher avec mon père à la boulangerie du Méridien, le grand hôtel.

J’y ai échangé des cartes Pokémon dans la cour de l’école. J’y suis tombée amoureuse (mais chut, c’était un secret).

petite-fille-syrie

J’y ai rencontré des Syriens, chaleureux, gentils, accueillants et très curieux devant les blonds (mon frère avec ses cheveux blonds-dorés était l’attraction principale lorsque nous sortions). Le chauffeur de taxi qui m’emmenait à mes cours de danse, mes camarades de l’Ecole française de Damas (devant lesquels je devais cacher mon 10h en période de Ramadan).

Aujourd’hui, je rêve en regardant son nom sur la carte et en regardant le nom de la teinte de mon rouge à lèvre préféré : « Rose de Damas ». Je souhaite de tout mon cœur, de tous mes chers souvenirs, mes bons moments passés là-bas comme les mauvais, pouvoir y retourner un jour. Quand j’aurais des enfants, je leur présenterai et leur parlerai de ce beau pays et de ces merveilles que l’on détruit malheureusement chaque jour.

Et vous, avez-vous plusieurs pays de cœur ? Des endroits dans lesquels vous voudriez retourner ?
museana
Jeune parisienne avec un grain de folie et une bonne dose de sensibilité. J'aime dessiner, imaginer, lire, écrire et surtout partager tout cela.