Famille

Le jour où j’ai voulu accoucher sous X

04 juillet 2017 - 15 : 17

Ce n’est pas un jour dont je me souviens avec bonheur. La fin de ma grossesse a été psychologiquement désastreuse. Si j’avais pu disparaître de la surface de la terre, j’aurai signé sans hésiter. A 6 mois de grossesse, j’ai quitté le papa de mon petit homme, dans des circonstances dramatiques.

L’enfant que je portais me faisait peur. J’ai prié des nuits entières pour qu’il ne vive pas. Aucune mère ne devrait faire une prière comme celle-là. J’ai pleuré jusqu’à ce que je n’aie plus de larmes. La préparation de la chambre a été un supplice. Faire les magasins de bébé me demandait un effort considérable. Je craignais de ne pas aimer mon enfant. Je m’effondrais à chaque évocation de son existence.

Plus la date de l’accouchement approchait, plus je paniquais. Je ne me sentais pas capable, pas à la hauteur de la vie que je portais. Je me levais chaque jour, avec l’envie d’en finir. Quand je me regardais dans le miroir de la salle de bain, je me faisais peur. Mes yeux étaient d’une tristesse abominable.

Je considérais que je n’avais pas le droit d’imposer mon malaise, mon mal être, ma dépression à cet enfant que j’avais tant désiré, qui n’y était pour rien dans cet immense gâchis.

Alors j’ai pensé à accoucher sous X, pour que mon enfant puisse grandir au sein d’un foyer uni, pour lui offrir la chance d’une meilleure vie que celle que je lui proposais. Avant cet épisode de ma vie, je ne comprenais pas vraiment comment une femme pouvait prendre une telle décision, je trouvais même cela criminel.

Alors que c’est juste humain. Il y a des événements dans la vie qui ne nous laissent pas toujours le choix. Je suis presque certaine que chaque femme qui accouche sous X le fait en pensant faire bien. C’est un choix difficile, mais le temps de quelques battements de cœur, ce choix m’a libérée.

C’était sans compter la désapprobation de ma famille. J’étais criminelle de penser comme cela. Les mots de ma mère, de mon père m’ont fait extrêmement mal, ils m’ont profondément blessée alors même que ma plaie suintait toujours autant.

Mais ils m’ont permis de ne pas céder à cette tentation. J’ai mis au monde mon enfant. Ce fut un bonheur immense. Je ne regrette pas de l’avoir gardé au final, car chacune de ses respirations est un bonheur total. Même s’il y a des jours où je me sens fragile devant la tâche à accomplir, où je ne me sens pas tellement armée pour lutter contre ce qui nous oppresse.

Ce témoignage touchant a été recueilli par la Rédac'.

Lire aussi :
Pourquoi mon rendez-vous du 7ème mois a été un vrai choc
Le jour où j'ai abandonné mon enfant
Maternité : les 8 choses que je m'étais promis de ne jamais faire

Ajouter les points
15
Points
La Rédac' SBG
Toute l'équipe de la rédac' travaille d'arrache-pied pour vous proposer des articles intéressants, tester les dernières nouveautés, dénicher des bons plans et vous proposer de beaux concours. Suivez le webzine sur les réseaux sociaux pour ne pas rater nos derniers articles !