Humeurs

Vis ma vie d’institutrice ou professeur des écoles

11 août 2017 - 18 : 08

Instit. Non pardon prof des écoles. Je ne m'y fais pas. J'aimais bien moi ce nom d'institutrice. Ça donnait le ton je trouve.

Mais je dois bien me rendre à l'évidence, je suis professeur des écoles. Cela fera 7 ans en février prochain.

Je me suis beaucoup posée la question... comment vous en parler ? Comment aborder ce métier que tous semblent connaître dès lors que l'on pense avoir des enfants (neveux, nièces, voisins...), un peu de pédagogie, du bon sens... Rayez la mention inutile.

Commencer par disséquer les clichés ? Vous re-préciser que non on ne fait pas tous la grève, non les syndicats sont loin de représenter la majorité de la profession, oui nous avons beaucoup de vacances, non nous ne sommes pas payés à être en vacances mais 10 mois étalées sur 12, oui nous ramenons BEAUCOUP trop de travail à la maison, oui nous nous creusons la tête pour donner un prénom à notre enfant qui ne nous rappellerait pas un de nos anciens élèves, non nous ne pensons pas discipline tout le temps mais oui nous savons aussi nous amuser... Bref... il y a matière.

Ce que je pourrais vous apprendre peut être par contre c'est que ce n'est pas un métier que l'on fait, non, on l'épouse presque. On pense enseignant et on habite la fonction... que l'on ramène souvent à la maison au grand dam de nos conjoints. Nous pensons à nos élèves même en épluchant les légumes, en triant une boîte de boutons, en faisant faire les devoirs à nos enfants... avec comme seul objectif la façon de les faire progresser encore plus.

En tous cas, c'est comme ça que je fonctionne car depuis 7 ans maintenant, j'enseigne en ZEP. Oui un sigle barbare... et l'éducation nationale en a plein d'autres des comme ça !

Ce qui me plaisait, c'était que mes journées ne ressemblaient jamais à une autre... tu préparais chez toi tes séances, la mayonnaise ne prenait pas avec les élèves... hop hop on est capable de sortir une autre façon de faire, s'adapter à un rétroprojecteur qui ne fonctionne pas, une salle de classe gelée et sans chauffage, des élèves trop empêtrés dans des situations de vies tellement difficiles qu'ils ont du mal à se concentrer sur ce que tu peux leur dire, des attentes aussi sur une ouverture vers le monde, sur l'extérieur, tout apprendre, tout enseigner... jusqu'à l'épuisement parfois.

vis ma vie d'instit
Et pourtant, il m'arrive d'être un peu lasse.

Je ne peux le nier, les choses se dégradent. Je n'accepte pas certaines choses, certains dogmatismes qui ne font que créer des disparités. Ces inégalités sociales qui loin de se résorber ne font que se renforcer... la faute aussi selon moi à une certaine complaisance, un manque d'exigence sous prétexte que le public est différent. Bref, je m'égare. Et je pourrais parler de mes espérances, ma vision, mes envies... longtemps encore mais là n'est pas le sujet.

Ma vie d'instit c'est donc :

D'arriver avant les élèves (c'est mieux) et préparer le tableau, les documents dont on aura besoin dans la journée, courir après le matériel commun à l'école selon les dispos, expliquer les concepts, donner des automatismes, montrer des possibilités, refaire, faire refaire autrement, s'assurer que tous comprennent,  définir les leçons avec eux pour mieux les intégrer, corriger les leçons, les exercices, encore et encore, toujours avoir un stylo rouge ou violet ;-) à portée de main, dessiner des schémas au tableau, sur des affiches, tirer des traits, souligner, vérifier la présentation des cahiers, des leçons, du travail (et je suis très pointilleuse)... C'est aussi vérifier le matériel jour après jour pour les élèves (oui, oui on peut venir à l'école SANS affaire), regarder si les familles ont jeté un œil sur les travaux d'élèves (je vous épargne la réponse), lire les mots des parents (quand il y en a) qui demandent une dispense de piscine pour cause de nouvelle coiffure, manque d'envie ou flemme parfois aussi. Rayer la mention inutile.

Veiller aux bagarres, aux insultes en classe dans les couloirs ou la cour de récréé. Désamorcer des situations difficiles entre élèves, absorber des tensions, des divergences d'opinions ou de points de vue qui peuvent devenir explosifs.

Mais c'est surtout essayer de transmettre ! Faire passer un message d'espoir mais aussi de connaissance et d'ouverture sur le monde tout en jonglant entre grammaire, conjugaison, orthographe et vocabulaire. Calcul, numération, problème, géométrie, sciences, anglais, histoire géo, éducation civique, piscine, art visuel, musique...

J'aime ces échanges, cette interaction, leurs questions aussi. Leur émerveillement, leur surprise, leurs remarques parfois hilarantes et inattendues.

J'ai un sac grand comme celui de Mary Poppins, souvent des taches de craies au bout des doigts, toujours une boîte de mouchoirs à portée de main, une plastifieuse à la maison, une pièce entière remplie de documents pédagogiques, de bouquins et autres matériels d'arts visuels qui fait pester mari chéri, des tonnes de livres de littérature jeunesse, des transparents, des tâches rouges sur ma trousse et parfois aussi dans mes poches, je demande à mes enfants de ne pas faire trop bruit, de s'exprimer en articulant et parfois je "fais ma voix de maîtresse" comme dirait ma num1... pas de doute... j'en suis bien une !

A lire aussi :
Je vous fais découvrir mon métier d'institutrice
Vis ma vie de prof
Ce prof génial réalise une choré de hip hop avec ses élèves... et le résultat est bluffant !

Ajouter les points
15
Points
Faites des gosses ou pas
Une maman mais pas que... Une maîtresse mais pas que... Une épouse mais pas que... 100% geek, 100% naturelle... La vie !