Mode

Pourquoi je suis prête à sortir les jambes à l’air même quand on approche les 0°

20 janvier 2017 - 15 : 22
par Clémence

« Qu’est-ce qui t’arrive, t’as plus de collants propres ? »  C’est la question que me posent parfois mes amis, ces fins poètes, les rares fois où j’arbore un pantalon.

Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige, mes jupes, mes shorts, mes robes et moi, c’est à la vie, à la mort.

Alors, maso moi ? Un peu. Mais pas tant que ça. 

Nous, les femmes, on a été élevées à la dure. Il faut souffrir pour être belle, et c’est pas toi, qui sues sang et eau 3 fois par semaine sur ton vélo elliptique, qui me diras le contraire. Ni toi, qui as acheté la dernière paire soldée de ces escarpins en 37 alors que tu fais un bon 39. Le cuir ça se détend, mais pas à ce point. Et toi, là-bas, qui crois-tu tromper, perchée sur tes talons vertigineux ? On sait toutes que si tes pieds pouvaient pleurer, ils le feraient.

Pour ma part, je suis masochiste de la gambette, alors je la montre, été comme hiver. Parce que mes jambes, c’est  mon arme de séduction massive. En même temps, je ne peux pas vraiment miser sur le généreux décolleté que je n’ai pas !

Je voue un culte tout particulier aux shorts, toute l’année. Pourquoi les shorts ? Parce que j’assume ma féminité, mais pas tant que ça non plus. Alors les shorts, c’est le bon compromis.

Et puis comme ça, je n’ai pas peur des coups de vent intempestifs, ni de la jupe coincée dans la culotte. Et je peux faire des triples lutzs piqués et des saltos arrières dans les escalators du métro sans dévoiler la face cachée de la lune au mec qui monte derrière moi.

 « Mais pourquoi se gèle-t-elle les miches en short alors qu’elle pourrait enfiler un joli jean en attendant l’été, et être tout aussi féminine ? », t’entends-je marmonner. Malheureuse ! L’hiver, c’est LA saison idéale pour montrer ses jambes, bien plus que l’été ! Démonstration :

  • Tu as mis tes mollets en jachère depuis que tu es célibataire ? Collants opaques.
  • Tu es complexée par tes jambes couleur lavabo ? Collants opaques.
  • Ta cellulite te squatte le cuissot ? Collants opaques.

Tu vois, même pas la peine d’avoir les jambes de Gisèle pour se pavaner de la gambette !

Après, tu peux bien sûr choisir de passer tes meilleures années en jean, parce que c’est vrai, ça peut être très joli un jean. Mais tu le regretteras peut-être dans 30 ans, quand tu auras des varices.

Et le froid n’est pas une fatalité (bon, par -10°, je te le cache pas, je lâche l’affaire et je mets un slim, comme tout le monde, je ne suis pas non plus suicidaire). Pourtant, dans le genre frileuse, on peut difficilement faire pire que moi. Tu te rappelles la terrible canicule de l’été 2003 qui a fait une hécatombe auprès des personnes du 3ème âge ? Et ben moi, pendant ce temps, je dormais bien tranquille, sous ma couette. Plus frileuse que moi, on fait pas !

J’ai pris l’habitude de la gambette à l’air 365 jours sur 365 ou presque à l’occasion d’une année de césure en Irlande. En Irlande, la micro-robe sans collants, voire sans manteau, même l’hiver, est de rigueur pour les virées nocturnes. J’admets qu’au début, ça m’a laissée perplexe. Mais comment font-elles ? Facile. Elles sont bourrées. Pas pompettes, non, déchirées quoi. Ca aide. Mais pas la peine de remplacer ton café du matin par un pack de bière pour pouvoir être libérée de la gambette en hiver. 

La règle d’or de la survivor : bien choisir son manteau. Certes, il est joli ce manteau bi-matière avec ses manches en cuir synthétique, mais n’espère pas survivre à l’hiver, le vrai, en collants, avec ça. Quand on dégaine les jambes, il faut surprotéger tout le reste. Alors on regarde un peu les étiquettes avant d’acheter, et c’est aussi valable pour les pulls. Le polyester et l’acrylique n’ont jamais tenu chaud à personne, sauf quand on ne le leur demande pas, genre l’été. Vive les compositions avec 80% de laine minimum. Vive la parka féminisée doublée de (fausse) fourrure, mon arme fatale contre le froid cet hiver. Jamais eu aussi chaud de ma vie dans un manteau !

Et puis on couvre bien les extrémités, c’est par là que le froid attaque finalement. Bonnet, chapka, jolie capuche. Gants. Bottes, collants bien opaques, chaussettes par-dessus, et pourquoi pas des chaussettes montantes d’ailleurs? Ca fait pas forcément écolière cochonne !

Voilà, tu sais tout. Je suis une masochiste de la gambette, et j’aime ça.

A lire aussi :
L'astuce toute simple pour ne plus JAMAIS filer ses collants
Ces collants dégradés sont la dernière tendance mode de l'automne et vous allez les adorer !
Les collants avec des orteils pré-vernis : oui oui, c'est la dernière tendance au Japon !

Ajouter les points
15
Points
Clémence
Je fais partie de la rédac' SBG, et j'aime écrire, sortir, m'amuser, manger (très important, ça aussi !) et partager. Je vous propose donc régulièrement de découvrir mes derniers coups de <3.