Culture

Autour de ma pierre il ne fera pas nuit

28 avril 2015 - 13 : 00
Autour de ma pierre il ne fera pas nuit. Un titre mystérieux pour une pièce fantasque, drôle, poétique, déroutante, qui se joue actuellement au Ciné 13, et qui mérite bien quelques mots...

afficheautour

Dans une ville qui pourrait être Naples, une musique d'Elvis, deux frères qui s'aiment. Ils pillent les tombes pour se payer un chalet sécurisé en Suisse. Une nuit de canicule qui pourrait être demain, une veuve se déguise en mariée, une vierge a le ventre qui picote et le père se travestit. Juste, le poète maudit alsacien, cherche des filles pour plaisanter. Un coup de feu est tiré et le drame se déploie.

Théâtre de l'absurde, théâtre contemporain, comédie, farce et tragédie, la pièce de Fabrice Melquiot se joue des genres, fait exploser les cadres et emporte le spectateur dans une expérience sensorielle, d'abord olfactive, musicalement enivrante, tantôt frénétique tantôt silencieuse, parfois aveuglante et souvent rythmée.

"Je vous préviens, on fait du théâtre contemporain, donc on ne comprend pas toujours" clame d'entrée de jeu Dan, le narrateur-protagoniste-mort-mais-pas-tant-que-ça. La curiosité est piquée au vif, l'émotion vous prend par surprise au détour d'une réplique, les pieds se mettent à battre la mesure sur des airs de guitare électrique et les applaudissements retentissent alors que les questions se bousculent dans la tête. Pour poursuivre la réflexion, il fallait bien une rencontre avec Sébastien Bonnabel, le metteur en scène de cette pièce étonnante.

Des Films et des Mots : Parlez-nous de la "genèse" de la pièce Autour de ma pierre il ne fera pas nuit signée Fabrice Melquiot. Y a t-il un élément particulier qui a éveillé votre envie de la mettre en scène ?

Sébastien Bonnabel : Il s’agit de ma première mise en scène. Mon désir de monter cette pièce venait de l'envie de travailler avec certains comédiens de la troupe que j’avais rencontrés lors des formations que je dispense. J’avais lu cette pièce quelques temps auparavant et elle m’était restée en mémoire. J’avais été frappé à la fois par l’humanité des personnages, par la poésie du texte et par les nombreux tabous qu’évoquent l’auteur, les situations tragiques et la solitude des protagonistes.

Mais ce qui m’a certainement le plus touché, c’est la fraternité de Dan et Ivan et la tragédie de leur amour. C’est une pièce très riche, aux thèmes multiples. Transmettre aux spectateurs toutes les subtilités du texte a été un défi passionnant à relever.

DFDM :  Alors que l'histoire est assez complexe (on pense au tout début que c'est l'histoire de Dan le "rockeur-chercheur-d'or" qui  nous est contée alors que le récit comporte plusieurs histoires imbriquées - celles de son frère Ivan, du père travesti Lulluby, de la jeune Laurie, de Juste, le coeur esseulé...), la mise en scène est cohérente. Il se dégage même de cette espèce de chaos à la fois comique et dramatique une harmonie assez mystérieuse. La mise en scène vous est-elle parue évidente, compte-tenu des nombreux flash-back, des lieux multiples, de l'irruption parfois intempestive des personnages ?

SB : Je suis très influencé par le cinéma et l'univers de Fabrice Melquiot multiplie les références aux année 50. Nous avons trouvé avec la scénographie de Victor Melchy le moyen de raconter cette histoire comme s'il s'agissait d'un film. A l’aide d’un castelet, nous passons d’un espace temps à l’autre avec le même rythme qu’offre le montage au cinéma.

Denis Koransky a créé les lumières qui dessinent les ambiances de la pièce. Julia Allègre a réfléchi aux costumes toujours dans l’idée d’esquisser au mieux ces personnages haut en couleur. Concernant la direction des comédiens, j’ai cherché, avec l'aide de Marie Combeau, à rendre leur interprétation la plus concrète possible. C’est ce travail d’équipe et de cohérence qui nous a permis de structurer la narration de cette pièce. Enfin, nous avons essayé de tirer parti au maximum de l’espace du Ciné 13, qui est un lieu très chargé et qui offre un bel écrin à notre spectacle. Avec certaines phases de jeu où le quatrième mur vole en éclat, j’avais envie de mettre le spectateur au centre de l’histoire et de l’immerger dans les méandres souvent terribles et parfois burlesques de ces personnages.

DFDM :  Comment qualifieriez-vous cette pièce volontairement déroutante ?

SB : Il s’agit d’un texte souvent sombre, troublant mais aussi plein de tendresse, d’humour et de poésie. Le titre parle de lui même : chaque personnage essaie à sa façon de faire en sorte qu’autour de sa pierre, il ne fasse pas nuit, qu'on ne les oublie pas, que la mémoire perdure. Au final, je trouve que cette pièce parle d’espoir, de la lumière qui surgit des ténèbres.

DFDM : D'autres dates sont-elles prévues au-delà du 9 mai ?

SB : Pas pour l’instant, mais nous espérons revenir en 2016 avec une programmation dans le festival off d’Avignon !

Autour de ma pierre il ne fera pas nuit.
Jusqu'au 9 mai 2015.
Ciné 13 Théâtre
1 avenue Junot, 75018 Paris
Réservation sur ce lien.
Ajouter les points
15
Points
Des Films et des Mots
Des films et des mots s'adresse aux cinéphiles, amateurs et passionnés, curieux de découvertes en tout genre et qui souhaitent échanger sur le septième art, qu’il soit surprenant, émouvant, exaspérant, drôle, complexe, mystérieux… mais qui ne laisse jamais de marbre. Créé par une mordue de cinéma un tantinet rêveuse, fondue de voyages et adepte de bons mots, ce blog a pour mots d’ordre l’enthousiasme et l'(im)pertinence ! Bienvenue de l'autre côté de l'écran !