Humeurs

Ces gens qui nous pourrissent la vie !

29 août 2014 - 14 : 00
par Sandrine
Alors là, voici un sujet qui vous parle, n’est-ce pas ? On en a tous quelques-uns qui traînent par là, de ces individus toxiques trop gros pour les écraser avec la tapette à mouche. Notre vie serait tellement plus simple s’ils n’existaient pas ! Malheureusement, ils existent bel et bien, et en plus, on doit les supporter. Trop souvent à notre goût d’ailleurs. Qui sont-ils ? Et comment tenter d’arranger les choses, ou carrément s’en débarrasser ?

Le mari


Je commence gentiment comme vous le voyez car bien sûr, lui, on l’aime ! On l’a même choisi (il y a fort fort longtemps pour certaines d’entre nous, c’est vrai, mais ça vaut toujours). Sauf qu’à force, ses petits défauts nous tapent sur les nerfs. De nouveaux ont d’ailleurs pu apparaître en 10 ou 15 ans, venant s’ajouter aux autres (si, si, je sais que vous en trouverez).

Vous n’en pouvez plus ? C’est le moment de discuter. Pas en hurlant de la salle de bain qu’il a encore oublié de rincer la baignoire et laissé trainer son linge sale par terre. Non, pour de vrai, calmement. Pourquoi pas lors d’une petite soirée à deux (veillez à ce que ça ne dégénère pas quand même, c’est précieux les soirées en amoureux). Du style : « Tu sais chéri, retrouver la baignoire pleine de cheveux quand je viens prendre un bain, ce n’est pas agréable, tu comprends. Pourrais-tu penser à la rincer après ton passage ? ». Tout cela dit avec une voix tendre et un regard amoureux (il faut ce qu’il faut). Ça n’a pas marché ? Renouvelez l’expérience. Ces petites manies peuvent être longues à changer. Il ne le fait pas pour vous embêter (enfin j’espère), c’est juste qu’il doit changer ses habitudes. Pour moi, cela a pris des années pour que mon mari ne laisse pas systématiquement la « dernière goutte » (ou 2 ou 3 ou 4…) par terre en sortant des toilettes. Cela me mettait hors de moi de rentrer dans des toilettes et de piétiner tout ça (berk !). Et ça y est, c’est enfin fini (j’en sortirais presque le champagne) !

La famille (et surtout l’affreuse belle-mère)


Alors là, non seulement on ne l’aime pas (ou alors ça vient avec le temps, si elle est aimable), mais en plus on ne l’a pas choisie ! Et pourtant, il faut la supporter régulièrement (même si 3 mois se sont écoulés, c’est fou comme c’est passé vite…).

Certaines belles-mères sont plus « polluantes » que d’autres. L’idéal, c’est quand elle a 2 ou 3 autres enfants. Ça l’occupe. Mais si votre mari est fils unique comme le mien, bonjour l’angoisse. C’est lui le plus beau, le plus intelligent, et personne n’est assez bien pour lui. Pas de bol (pour elle), il m’a choisie, donc LUI semble penser que je suis assez bien pour lui. Qu’à cela ne tienne, elle s’appliquera à vous pourrir la vie. Par ses réflexions et ses comportements qui vous font bien sentir ce qu’elle pense de vous.

Ma belle-mère m’a pesée, jugée, et jetée aux ordures. Après 14 ans de faux-semblants, elle a déversé tout son venin dans les oreilles de son fiston chéri, en espérant qu’il ouvre enfin les yeux. Pas de bol pour elle, il les avait déjà bien ouverts. Et bonne nouvelle pour moi, je n’aurai plus à la supporter (mais je ne l’empêcherai pas de voir son fils et ses petits-enfants bien sûr).

Choisir son entourage et concentrer son énergie sur ce qui est bénéfique et positif est primordial. Il faut éliminer les individus toxiques qui nous veulent du mal, nous jugent et nous critiquent sans chercher à nous connaître. Pas toujours facile, mais c’est le prix à payer pour retrouver le sourire et la sérénité.

Finalement, elle aurait peut-être dû dire toutes ces horreurs plus tôt…

Le patron


Là, je l’avoue, j’ai de la chance : je n’en ai pas. Enfin, je n’en ai plus. Pourtant, le harcèlement de la hiérarchie, j’ai connu. C’est même l’une des raisons qui m’a poussée à me mettre à mon compte en tant que traductrice et rédactrice. Maintenant, mes patrons sont mes clients, et ils m’aiment bien (puisqu’ils me rappellent).

Un conseil, si votre patron vous gâche la vie : cherchez un autre job. Pas évident par les temps qui courent, mais si votre santé psychique en dépend, vous avez tout à gagner à envoyer des CV et à passer des entretiens. Accrochez-vous ! On passe tellement d’heures au boulot qu’il faut pouvoir s’y sentir bien, ou pas trop mal.

Les amis


Pas de quartiers ! On ne peut pas être ami avec tout le monde et tout accepter. Mieux vaut peu d’amis, mais des gens qui en vaillent le coup. De toute façon, entre le travail et la vie de famille, on a peu de temps alors faisons en sorte de l’investir dans des relations bénéfiques et durables. Cultivons des amitiés positives !

Comme vous le voyez, j’ai choisi de ne pas m’encombrer de personnes nuisibles dans ma vie (après avoir tenté de faire en sorte que les choses se passent bien, sans succès). Ces personnes négatives et mal intentionnées vous prennent votre force, pompent votre énergie. Eloignez-les, ou faites-les carrément disparaître, pour vous préserver et vivre heureux. Peu importe vos efforts, ils ne vous aimeront pas de toute façon. Et alors ? Regardez autour de vous, d’autres personnes méritent votre attention et votre amour. Et souvenez-vous : la paix intérieure commence dès l’instant où vous choisissez de ne pas laisser les autres ou les événements contrôler vos émotions. On a du boulot, mais on ne perd rien à essayer, pas vrai ?

Ah, j’allais oublier : pensons nous aussi, afin de n’être le nuisible de personne, à respecter les autres et à être tolérantes. Soyons PO-SI-TIVES !
Ajouter les points
15
Points
Sandrine
Rédactrice freelance, je suis ici pour partager avec vous ce qui me passe par la tête, ce qui peut vous faire sourire ou même vous permettre de voir les choses sous une nouvelle perspective. Je vous parle de ma vie de femme, de maman, de working girl. N'oubliez pas : "Il n’y a pas de destin mais ce que nous faisons" (Terminator).