Beauté

Un gynéco décrit la douleur des règles comme étant « presque aussi forte qu'une crise cardiaque » et toutes les femmes confirment

21 mai 2018 - 14 : 02
par Laura

Si vous vous êtes déjà pliée en deux à cause de la douleur parce que vous aviez l'impression que quelqu'un s'amusait à vous mettre de violents coups de pied dans l'utérus de l'intérieur, alors vous savez ce que c'est que la douleur des règles.

Depuis toujours, l'état de santé des femmes, et la douleur qu'elles peuvent ressentir sont restés incompris par la plupart des hommes et finalement trop rarement évoqués puisqu'il y a aujourd'hui encore très peu de recherches scientifiques qui ont été réalisées sur le sujet.

Car si les hommes essayent d'imaginer à quel point un accouchement peut être douloureux, ils ont souvent du mal à comprendre une autre douleur très intense qui touche les femmes tous les mois : j'ai nommé les règles !

Si l'on regarde un peu les chiffres, on s'aperçoit qu'une femme sur cinq souffre de dysménorrhée, c'est-à-dire de règles difficiles et douloureuses.

Et pourtant, combien de fois on nous a fait comprendre dans notre vie que tout ce qu'il y avait à faire, c'était d'accepter la douleur, de prendre un Spasfon et d'encaisser la douleur des règles et tous les autres symptômes qui vont avec en silence ?

D'après le gynécologue Frank Tu, spécialiste des douleurs gynécologiques, c'est même ce qu'on apprend aux médecins : dire à leurs patientes qui se plaignent de douleurs menstruelles qu'un comprimé d'Ibuprofène devrait faire l'affaire.

Quand je lis ça et que j'imagine le médecin me conseiller de mettre une bouillotte chaude sur le ventre et me renvoyer chez moi avec une pauvre ordonnance pour de l'Ibuprofène ou du Spasfon, j'ai envie de répondre sèchement : "Super, merci mon gars. Mais tu te doutes bien que si je viens te voir et que je prends la peine de te parler de ma douleur lancinante dans le bas ventre, c'est bien parce que les médicaments ne suffisent pas à me soulager !"

Sauf que, comme beaucoup de femmes, quand mon propre gynéco m'a répondu ça à l'un de mes derniers rendez-vous, j'ai hoché la tête, résignée. Parce que souvent, à par nous proposer une bouillote, du repos, un médoc ou de changer de pilule, on ne nous propose pas grand-chose de plus.

Et c'est justement ça le problème, puisque cette douleur des règles est tellement forte qu'elle nous empêche de vivre normalement au quotidien au moins plusieurs jours dans le moins !

Là où on progresse, c'est que désormais, grâce à John Guillebaud, un professeur en santé reproductive à l'University College de Londres, la douleur des règles va peut-être être un peu plus prise au sérieux.

Car d'après lui, la douleur des règles pourrait être « presque aussi forte qu'une crise cardiaque ». Oui oui, vous avez bien lu.

Même si on peut être choqué d'apprendre que les femmes souffrant de dysménorrhée subissent une telle douleur, les femmes du monde entier ne sont pas surprises, puisque ce n'est une découverte pour aucune d'entre nous !

Cette douleur, qu'on soit atteinte de dysménorrhée ou non, on la ressent depuis des années, chaque mois, pendant plusieurs jours. Certaines ont tellement mal pendant leurs règles qu'elles ne s'aperçoivent pas qu'elles sont en travail et qu'elles vont bientôt accoucher, à tel point que quand on leur demande pourquoi elles ne sont pas venues plus tôt à la maternité, elles répondent qu'elles s'attendaient à une douleur plus forte que leurs règles !

Ca en dit long sur ce niveau de douleur, quand même, non ?

Et ce qui est triste, c'est qu'il y a un manque d'informations sur le sujet, en particulier auprès des hommes. John Guillebaud parle de « culture du silence » autour des règles et explique que les hommes ne comprennent pas du tout la douleur des règles et ne connaissent pas ce problème.

Là où c'est inquiétant, c'est que d'après John Guillebaud, c'est également vrai chez les médecins des deux sexes ! Les hommes ne connaissent pas bien ce problème et sous-estiment la douleur et les symptômes des règles, tandis que les femmes médecins, elles, n'ont que très peu d'empathie vis-à-vis de leurs patientes parce qu'elles ne souffrent pas tant que ça et considèrent que leurs patientes exagèrent quand elles parlent de leurs douleurs menstruelles.

C'est quand même dingue, non ? Et il n'est pas le seul à avoir cet avis, puisque Richard Legro, un professeur du Penn State College of Medicine, s'est agacé du manque de considération qu'il y a autour des règles. Il explique au site Quartz : « Il faut qu'on en parle à la télé, qu'on arrête d'avoir honte de dire des mots comme 'règles' ou 'vagin'. Il n'y a aucune honte à avoir, c'est un problème répandu et on ne devrait pas l'ignorer ».

Espérons que les choses évoluent dans le bon sens, et que désormais, la douleur des règles soit vraiment prise au sérieux.

Qu'on en finisse avec cette culture du silence qui fait que les femmes ont atrocement mal à chaque fois qu'elles ont leurs règles sans susciter aucune empathie chez leurs médecins, leurs proches ou leurs collègues de bureau.

Parce qu'avoir aussi mal à chaque fois qu'on a ses règles, c'est dur.

Et que même si on ne pourra pas faire disparaître la douleur comme par magie, le fait que ça soit au moins reconnu serait déjà un grand pas en avant pour nous toutes.

A lire aussi :
Attention : ces 5 choses peuvent rendre vos règles encore plus douloureuses !
6 astuces pour soulager vos règles douloureuses
J'ai essayé la coupe menstruelle pour la première fois : voilà ce que j'ai retenu

data-matched-content-rows-num="3" data-matched-content-columns-num="3"
Ajouter les points
15
Points
Laura
Je suis gourmande, susceptible et râleuse (surtout quand on veut goûter mon dessert). Mais à part ça, je ne mords pas, je vous jure !