Humeurs

15 choses que la dépression nous pousse à croire alors que ce sont d'horribles mensonges

20 avril 2018 - 22 : 27
par Laura

Quand on souffre de dépression, on a parfois l'impression que rien ne pourra jamais aller mieux et que personne ne nous comprendra jamais.

Moi, mon combat consiste à dormir tout le temps, à manger trop, à me refermer sur moi-même sans prévenir, à m'isoler des personnes auxquelles je tiens le plus dans une tentative désespérée pour  « ne pas être un poids pour elles » et de manière générale, je suis une personne particulièrement compliquée à gérer – je le sais.

Quand je pense à toutes les façons dont la dépression (et sa détestable cousine, l'anxiété) s'est installée dans mon esprit, j'imagine deux petits diables situés sur chacune de mes épaules, et qui me répètent sans cesse que je ne mérite pas d'avoir les choses que je veux, que les personnes que j'aime ne m'aiment pas en retour, et que je n'aurais jamais le droit d'avoir des relations saines et une réelle confiance en moi.

Mais il y a tout de même une chose que j'ai découverte pendant les dix ans où j'ai vécus avec la dépression (en plus de la thérapie et des traitements contre la dépression), c'est qu'elle serait capable de nous faire douter de tout et de nous faire croire des choses totalement fausses.

Et nous, même si quand tout va bien, on sait que c'est faux, on serait quand même capable d'y croire — parce que, parfois, on a l'impression qu'on mérite d'entendre toutes ces phrases méchantes qu'on a dans la tête...

D'ailleurs, si ma dépression pouvait mettre ses vilaines mains sur un smartphone et m'envoyer des messages, voici les 15 choses qu'elle me dirait certainement — et que je serais du coup sûrement tentée de croire, même si ce ne sont que d'immenses mensonges... :

1. Je n'arrive pas à croire que tu aies des amis. Tu ne trouves pas ça surprenant ?
2. Tu te rends bien compte que personne ne t'aime vraiment, n'est-ce pas ? A la rigueur, on peut se dire que certains te tolèrent, mais ça ne va à mon avis p
as plus loin que ça.
3. Ils veulent « juste que tu sois heureuse » ? C'est une blague, tu n'y crois pas sincèrement quand même ?

4. Oui, ce mec est beaucoup trop bien pour toi. C'est vraiment trop mignon que tu penses qu'il puisse tomber amoureux de toi...
5. Tu ne crois pas que tu es un peu trop heureuse en ce moment ? Redescends sur Terre, ma vieille, parce que ça ne va pas durer !
6. Pinterest, c'est tellement inspirant : c'est comme si toutes les choses que tu n'auras jamais et que tu ne mérites pas se retrouvent toutes au même endroit ! Tu devrais regarder tout ça plusieurs fois par jour...

7. Tu ferais vraiment mieux de baisser la tête, de faire ton boulot et de rentrer chez toi. Personne ne te remarquera parce que tout le monde s'en fout !
8. Tu ferais mieux de dire que tu es fatiguée, de refuser poliment l'invitation et de rester chez toi. Personne ne s'apercevra de ton absence parce que tout le monde s'en fout !
9. Attends, tu as essayé d'expliqué notre relation à quelqu'un ? Je parie que tu t'es mise à pleurer ! Bravo, amuse toi bien à avoir l'air folle.

10. Oh là là, mes vacances étaient incroyables ! Tu as eu l'air de bien t'amuser sans moi pendant ces dernières semaines, mais je suis tellement contente d'être de retour — et toi, tu n'es pas heureuse que je sois de nouveau là ?
11. Ce psy vient de me qualifier de "sévère" ? C'est beaucoup trop dur.
12. Eh, il faut vraiment qu'on commence nos 11 heures de sommeil. Comment ça, le soleil est toujours levé ? Ca, c'est le problème du soleil, pas le mien.

13. L'anxiété vient de me dire que tu étais restée éveillée pendant la moitié de la nuit à angoisser parce que ta vie était vraiment compliquée et que tu n'avais pas eu les 11 heures de sommeil dont j'ai besoin pour fonctionner. Tu peux m'expliquer ?
14. Attends, qui t'as dit que ta vie était fichue ? Pas moi, j'espère...
15. Tu surréagis, ma pauvre. Tout va bien se passer. Sois honnête : est-ce que je t'ai déjà menti, franchement ?

Et je pense que le meilleur moyen de sortir de la dépression, c'est bien ça : de prendre conscience que toutes ces petites phrases anodines en apparence, qu'on se répète en boucle tout au long de la journée et qui nous sappent le moral sans cesse, sont les premières responsables de notre dépression.

C'est à cause de ces phrases et de cet état d'esprit négatif qu'on s'enfonce un peu plus chaque jour dans la dépression, qu'on se sent mal, qu'on n'a pas confiance en soi, qu'on pense que les autres nous détestent ou ne nous apprécient pas.

Ca change aussi bien le regard qu'on porte sur nous même que le regard des autres. Et si on n'y prête pas attention, à force de se les répéter tous les jours, toutes ces pensées deviennent des vérités dans notre esprit qui n'arrive plus à faire la distinction entre les deux...

Alors bien sûr, je ne dirais jamais que c'est facile de sortir de la dépression, puisque pour ma part c'est un combat que je mène depuis plus de dix ans.

Mais prendre conscience de ces mensonges que la dépression nous pousse à croire est un premier pas vers la prise de conscience dont on a besoin pour changer d'état d'esprit.

Et même s'il m'a fallu plusieurs thérapies pour le comprendre, je suis convaincue que même si le chemin est très long pour sortir complètement de cet état dépressif, c'est tout de même la première marche à gravir pour en finir avec la dépression...

A lire aussi :
10 astuces imparables pour arrêter de déprimer

13 choses que vous devez abandonner pour être heureuse
7 étapes pour avoir une attitude positive à toute épreuve

data-matched-content-rows-num="3" data-matched-content-columns-num="3"
Ajouter les points
15
Points
Laura
Je suis gourmande, susceptible et râleuse (surtout quand on veut goûter mon dessert). Mais à part ça, je ne mords pas, je vous jure !