Famille

Ma belle-famille me déteste : 8 conseils pour que ça change

16 janvier 2018 - 14 : 36
par Clémence Ma belle-famille ne m'aime pas, j'ai même parfois l'impression qu'elle me déteste. Comme on est obligés de se fréquenter, j'ai trouvé plusieurs solutions pour faire en sorte qu'ils m'apprécient.

Quand mon homme m'a annoncé que nous allions manger chez ses parents pour qu'il puisse me les présenter, je me suis tout de suite dit que ça allait être un moment un peu gênant.

Je me doutais qu’ils n’allaient pas être super tendres avec moi vu ce que j'avais entendu dire sur eux, sur leur caractère et sur leur façon de traiter les deux précédentes petites copines que mon homme leur avait présentées avant moi.

Mais de là à imaginer qu'ils me mèneraient la vie aussi dure, honnêtement, j'étais loin du compte…

Après une rencontre assez houleuse, ma relation avec ma belle-famille n'a pas franchement été au beau fixe : les piques pendant les repas, les critiques incessantes quand je fais quelque chose qui ne leur plaît pas ou qu'ils auraient fait autrement, les regards méchants, ou pire, l’indifférence, ma belle-famille m'en a fait voir de toutes les couleurs !

Depuis que je les connais, dans ma tête, c'est évident : je sais que ma belle-famille ne m’aime pas.

Le problème, c'est que j'aime mon homme de tout mon coeur, et j'ai envie de construire avec lui une vie de couple harmonieuse. Et comme le disait très bien Charles Baudelaire : « Point de chagrins de famille, point de douleur d’amour ».

Pour que mon couple se porte bien et que mon homme n'ait pas la sensation de devoir choisir entre eux et moi, j'ai dû trouver des solutions pour renouer avec ma belle-famille et améliorer notre relation.

Si c'est aussi votre cas et que vous vous demandez comment se faire aimer de sa belle-famille, voici 8 conseils efficaces que j'ai personnellement testés et qui ont montré des résultats.

Ne pas répondre du tac au tac

Quand on a une belle-famille qui a pris l'habitude de dire tout ce qu'elle pense à haute voix, et en particulier de critiquer à peu près tout ce qu'on fait, on a envie de répondre aussi sèchemment pour ne pas se laisser faire.

Même si avec certaines personnes, il est important de fixer ses limites pour les décourager d'avoir des comportements négatifs ou désagréables avec nous, la relation avec sa belle-famille est un peu particulière.

En effet, le négatif appelle le négatif, alors il est inutile de leur rendre la pareille et de rentrer dans leur jeu ! Pas question de vous abaisser à critiquer sans cesse vous aussi.

Au contraire, apprenez à laisser couler, ne répondez pas, et ignorez-les purement et simplement. Au début, ce sera sûrement difficile, mais petit à petit, vous serez fière d'être la plus mature et gentille de tous. Dites-vous bien que vous ne faites pas ça pour eux, mais pour votre moitié, et pour vous-même, car vous ne vous trahissez pas en adaptant votre comportement au leur.

Provocation, test, méchanceté gratuite, qu’importe ce que votre belle-famille vous fait subir, à force, si vous ne répondez jamais, elle finira par se lasser, vous verrez ! 

Rester fidèle à ses valeurs

Quoi qu’il arrive, il y a un principe à laquelle je n'ai jamais dérogée : je suis toujours restée polie et respectueuse. Oui, même quand je n'en avais pas du tout envie ou qu'un des membres de ma belle-famille ne faisait pas preuve de respect à mon égard !

Pourquoi ? Parce que je ne voulais pas aller à l'encontre de qui je suis. J'ai des valeurs, et je ne veux pas y renoncer sous prétexte que je dois fréquenter des personnes qui n'ont pas de manières ou qui n'ont pas appris à être bienveillants avec les autres.

Les critiques, j'ai appris au fil des années à ne pas en faire une affaire personnelle et à prendre de la distance. Et parfois, je me demande même s’ils n'ont pas raison sur certains points. C'est l'occasion de se remettre en question (tout en essayant de mettre de côté toutes les critiques gratuites et sans fondements bien sûr !). 

Prouver qu’on est digne d’occuper la place de belle-fille

Qui ne serait pas fier d’avoir une femme indépendante comme bru ? Parfois, les beaux-parents peuvent se montrer pleins de questions ou de doutes parce qu'au fond, ils veulent simplement que leur fils adoré trouve une femme qui l'aime et qui puisse le rendre heureux.

Et c'est aussi ce qu'on souhaitera tous pour nos propres enfants ! Essayez donc de vous montrer agréable, souriante, serviable et bienveillante. En vous montrant sous votre meilleur jour, vos beaux-parents verront bien que leur fils a une relation saine et positive avec vous.

N'hésitez pas à parler de vos projets, de ce que vous avez accompli ou de ce qui vous plaît. Moi, c'est ce que j'ai fait, et je pense que c'est ce qui a permis à ma belle-famille de mieux me connaître, ce qui a fini par améliorer nos relations.

Se rapprocher de sa belle-mère

Essayer d'être plus proche de sa belle-mère peut sembler être une mission impossible. Pourtant, à force d'efforts, de patience et de douceur, en lui témoignant de l'intérêt, en prenant la peine de discuter avec elle et en proposant son aide régulièrement, on peut réussir à nouer des liens, ou au minimum à avoir des relations cordiales.

Si vous faites des efforts, votre belle-mère finira par comprendre que c'est dans votre intérêt à toutes les deux puisque vous allez être amenées à vous fréquenter régulièrement pendant des dizaines d'années !

Moi, ma belle-mère n'a pas eu de fille, juste trois fils. Et de mon côté, j'ai toujours eu des relations compliquées avec ma propre mère. C’était donc l’occasion rêvée pour moi de me rapprocher de ma belle-mère (sans trop être lèche-bottes bien sûr, et sans jamais renoncer à mes propores valeurs comme je le disais plus haut). Je lui propose donc régulièrement de l’aider en cuisine quand on vient déjeuner, de faire les courses ensemble ou de l'aider pour rédiger certains courriers.

Et à force de faire des pas vers elle, elle a fini par apprécier mes efforts et on s'est rapprochées toutes les deux.

Une petite famille heureuse pour les rassurer

Le bonheur de leur fils et de petits-enfants heureux, c’est tout ce qui importait à mes beaux-parents.

Nous avons eu une relation très compliquée pendant des années, jusqu'à ce que mon homme et moi ayons nos merveilleux enfants.

Et c’est en partie grâce à eux que j’ai pu me rapprocher progressivement de mon beau-père et de ma belle-mère : ils sont devenus complètement gagas avec les petits, ont adoré jouer avec eux et nous ont même proposé plusieurs fois de les garder.

Ca s'est très bien passé, et j'ai appris petit à petit à apprécier mes beaux-parents pour ce qu'ils étaient : des personnes peu éduquées, maladroites mais dans le fond très gentilles.

Communiquer

Si vraiment quelque chose vous a vexée, prenez du recul, et parlez-en avec calme quand vous vous sentirez prête.

La communication est la clé, et il faut apprendre à ne pas réagir à chaud. Il vaut donc mieux ne pas répondre tout de suite (surtout si on est un peu alcoolisée pendant un gros repas de famille), en reparler ensuite avec son homme et réagir en douceur mais avec fermeté la fois d'après.

Ainsi, on marque ses limites et on ne se laisse pas faire sans pour autant surréagir.

Être compréhensive

Ma première impression, au début, c’était : « Mince ! Ma belle-famille ne m’aime pas du tout ». Je leur en ai beaucoup voulu, car je trouvais ça injuste, et j'en ai aussi beaucoup voulu à mon mari, qui ne voyait pas ce que mes relations avec ses parents avaient de si compliqué.

Mais au fil du temps, j’ai compris qu’au fond, mes beaux-parents veulent juste le meilleur pour leur fils, et qu'ils sont aussi très old school.

Ca explique beaucoup de leurs réflexions et de leurs critiques, qui ne sont pas si méchantes que ça si on prend du recul, et qui témoignent surtout de leur peur que je ne sois pas à la hauteur.

Dans ce cas, il faut savoir être patiente et laisser le temps faire son affaire : petit à petit, si on fait des efforts et qu'on reste soi-même, ils finiront par nous apprécier (en tout cas, c'est ce qui m'est arrivée !).

Respecter les différences

Pour mieux s'entendre avec sa belle-famille, il est vraiment essentiel de respecter les différences de point de vue, de culture, de sensibilité et de manière de faire !

Après tout, il n’est pas question de vivre 24h/24 avec la belle-famille. On a juste besoin de pouvoir avoir des relations cordiales les uns avec les autres et de se supporter quelques heures à chaque repas de famille.

Pour y arriver, respectez-les sans pour autant renoncer à vos idées, à vos façons de faire ou à vos principes d'éducation. Trouvez des compromis avec votre conjoint s’il le faut et vous verrez que tout devrait être beaucoup plus facile.

Lire aussi : Être ami avec sa belle-mère, son patron ou son ex sur Facebook : est-ce une bonne idée ?

data-matched-content-rows-num="3" data-matched-content-columns-num="3"
Ajouter les points
15
Points
Clémence
Je fais partie de la rédac' SBG, et j'aime écrire, sortir, m'amuser, manger (très important, ça aussi !) et partager. Je vous propose donc régulièrement de découvrir mes derniers coups de <3.