Famille

Ce que j'ai envie de répondre quand on me demande « C'est comment d’être maman ? »

04 décembre 2017 - 17 : 45
par Laura

Il y a quelques semaines, j’ai été invitée par une amie à une fête et je ne connaissais quasiment personne.

Je suis très introvertie donc l'idée de faire la conversation avec des personnes que je ne connaissais pas pendant plusieurs heures ne m'enchantais pas du tout. Et comme si ça ne suffisait pas, la plupart des autres femmes présentes n’étaient pas encore mariées, et encore moins mamans.

Moi, je suis mère au foyer alors qu'elles, elles travaillent dans l'art ou en tant que décoratrices d'intérieur. Leur soirée commence tout juste quand moi je vais me coucher, épuisée par ma journée. Avec un tel décalage, je me suis tout de suite dit qu'on allait forcément avoir du mal à discuter ensemble.

Justement, je n'ai pas arrêté de chercher des sujets de conversation et bien sûr, je n'arrivais pas à en trouver un seul.

Alors que je regardais ma montre en me demandant à quelle heure je pouvais partir discrètement sans que mon amie ne le prenne mal, l’une des femmes présentes a engagé la conversation avec moi. Elle m’a d’emblée posé la question que je redoutais : « Et toi, qu'est-ce que tu fais dans la vie ? »

Et à ma grande surprise, ses yeux se sont mis à briller quand j’ai répondu que j’étais maman.

Elle m'a demandé : « Et c'est comment ? »
 
Tu veux dire d'être maman ?, j'ai répondu très étonnée.

Elle a hoché la tête et a attendu que je réponde. J’avais toute son attention. Et là, dans ma tête, je me suis dit mais que répondre à cette question...

Être mère, c'est horrible

Quand tu es maman, tu es plus fatiguée que tu ne l’as jamais été dans toute ta vie. Pense au moment où tu as été le plus fatiguée de ta vie, à cet état physique et mental où rien qu’ouvrir les yeux te semble douloureux. Ensuite, imagine supporter ça pendant des jours, des semaines et des mois sans fin. Ce n’est pas pour rien sur la privation de sommeil est utilisée comme moyen de torture...

En étant maman, tu vas faire ou encaisser des choses que tu trouvais franchement dégoûtantes jusque-là, comme te faire vomir dessus ou avoir du caca sur tes vêtements. Tu vas taper des requêtes Google étranges comme « Les bébés peuvent-ils détester leur maman » ou « Signes que je deviens folle ».

Tu auras peut-être du mal à allaiter ou à perdre tes kilos de grossesse. Tu sombreras peut-être même dans une dépression post-partum qui te privera de toutes les joies et te laissera avec beaucoup d’angoisses, de peurs et de tristesse.

Et ça, c’est juste pour la première année, là je n'ai même pas encore parlé du terrible two et de l'esprit de contradiction ou de la recherche permanente de limite des enfants en bas âge, de l'apprentissage de la propreté ou encore de la difficile tâche d’apprendre à ses enfants à partager.

Toute cette histoire d'être mère, c'est beaucoup de travail. C'est même le travail le plus difficile et le plus frustrant que j'ai jamais fait en fait, et pour deux chefs qui changent d’humeur comme de chemise.

Être mère, c’est merveilleux

Si tu es maman, ça veut dire que tu as créé un être humain. Tu as aussi l’immense chance de voir cette personne grandir, se construire, évoluer avec une personnalité qui lui est propre, avec des choses qu’elle aime, qu’elle déteste, avec des envies, des intérêts et des talents fabuleux.

Tu recevras beaucoup de douceur et plein de câlins, et tu verras le visage de tes enfants s’illuminer comme les matins de Noël à chaque fois que tu rentreras dans la pièce.

Tu t'émerveilleras devant leurs cils incroyablement longs et leurs joues parfaitement rondes, et pendant un petit moment, tu seras leur personne préférée dans le monde entier. Tu leur pardonneras instantanément le manque de sommeil, les cacas qui débordent, les vomis surprises parce que personne ne peut résister à un bébé ou un enfant aussi mignon et adorable.

Tes journées auront un sens grâce à eux, et tu ne t'en rendais pas compte avant d'être maman, mais c'est ce qui te manquait avant. Ton cœur sera rempli d'un amour immense dont tu n'aurais pas soupçonné l'existence. Tu as faire naître quelqu'un qui changera le monde à sa façon même après ta propre vie. Et ça, c'est vraiment incroyable.

tu t'oublieras

Tu perdras ta poitrine pulpeuse et ton ventre plat, et certains jours, tu seras presque certaine que tu as aussi perdu ta santé mentale. Tu hésiteras sans cesse entre travailler et rester à la maison et quel que soit le chemin que tu choisiras, tu te demanderas toujours si tu as pris la bonne décision.

Si tu choisis de continuer à travailler, tu te battras deux fois plus dur pour rester aussi productive et prouver que tu travailles toujours autant et aussi bien qu'avant, mais tu ne seras plus la même parce que désormais, tu seras maman. Tu auras donc besoin de travailler beaucoup plus vite parce que tu auras reçu un appel de la crèche t'informant que ton bébé a de la fièvre. Tu feras des pauses pendant tes réunions, tes voyages ou tes rendez-vous professionnels pour tirer ton lait en espérant que tes collègues ne le remarqueront pas ou en tout cas ne te taquineront pas pour ça.

Si tu prends un congé parental, tu te souviendras de la femme élégante toujours à l'heure parfaitement maquillée et joliment habillée que tu étais et tu te demanderas si elle se cache toujours quelque part derrière ton jean troué, ton pantalon de yoga détendu, tes cheveux attachés à la va-vite et ton t-shirt taché.

Tu auras beaucoup de mal à t'habituer à ces journées qui passent trop vite, où il est déjà 17h et que ta plus grande réussite de la journée aura été de réussir à te brosser les dents. Tu te demanderas comment survivre jour après jour sans aucune interaction avec un adulte et tu enseveliras quasiment ton homme sous une avalanche de mots et de questions dès qu’il passera le seuil de la porte chaque soir parce que « youpi, enfin une vraie conversation d'adulte ! ». Tu seras enfin très surprise de voir à quel point tu peux te sentir seule même lorsque tu ne l'es jamais plus vraiment.

Tu t'épanouiras et tu te trouveras

C’est impressionnant de voir à quel point devenir mère permet de progresser, d'aller plus loin et de voir les choses avec plus de profondeur.

Les tempéraments les plus impatients apprennent la patience, les plus colériques trouvent la gentillesse. Peut-être que tu as toujours considéré que tu étais trop fragile et timide, mais même si c'est le cas, tu verras ta voix de maman ours sortir lorsqu’il sera temps de cadrer et de protéger ton enfant pour son propre bien.

Tu atténueras tes défauts et tu feras preuve de courage et de confiance en toi parce que tu sais que tes enfants en ont besoin et qu'être maman, c'est aussi être fiable et stable.

Alors c'est comment d'être maman ? Il n’y a pas assez de mots pour répondre. C'est à la fois le paradis et l'enfer, parfois les deux dans la même demi-heure. C'est aussi merveilleux et douloureux que ça en a l'air. Ca te fait grandir et ça demande tout ce que tu as dans ton corps et dans ton âme et même un peu plus.

Bien sûr, je n'ai pas répondu tout ce que je viens de vous dire quand cette jeune femme m'a posé cette question (je ne suis pas très bonne pour faire la conversation mais je ne suis pas si mauvaise que ça, quand même !).

Lorsqu'elle m'a posé cette question, j'ai juste souri et je lui ai répondu : « Être maman, c'est à la fois la meilleure et la plus difficile chose que j'ai jamais faite. »

Ajouter les points
15
Points
Laura
Je suis gourmande, susceptible et râleuse (surtout quand on veut goûter mon dessert). Mais à part ça, je ne mords pas, je vous jure !