Humeurs

Comment arrêter de dire oui à tout

21 septembre 2017 - 22 : 33
par Clémence « Je dis oui à tout », « Je ne sais pas dire non », « Je ne refuse jamais rien » : si c'est aussi votre cas et que vous en souffrez au quotidien, rassurez-vous. Vous pouvez changer et vous affirmer facilement : il suffit d'apprendre à mettre vos limites et savoir les expliquer aux autres.

Vous êtes du genre à dire oui tout le temps, même quand, au fond de vous, vous aimeriez crier non, non et encore non ?

Apprenez à refuser poliment une invitation inopportune, à décliner une proposition qui ne vous dit rien du tout ou de rendre un énième service... sans remords.

Prenez confiance en vous

Savoir dire non, c'est avant avoir suffisamment confiance en soi pour oser le faire. Car très souvent, les personnes gentilles ou réservées n'osent pas dire non, de peur de blesser, de vexer, de décevoir l'autre ou de le mettre en colère.

Mais vous avez aussi le droit de ne pas être d'accord ou de ne pas avoir envie de faire quelque chose. Prenez confiance en soi et accordez plus d'importance à vos propres souhaits : répétez-vous que vous avez le droit de refuser quelque chose qui ne vous plaît pas.

Quand vous aurez pris un peu plus confiance en vous, vous parviendrez plus facilement à dire non !

Lire aussi : 10 conseils pour avoir confiance en soi

ne-pas-oser-dire-non

Cessez de vous culpabiliser

C’est plus fort que vous, vous ne pouvez pas vous empêcher de dire oui à tout le monde : à vos parents, à vos amis, à vos collègues de travail, à vos voisins...

Les rares fois où vous avez réussi à dire non, vous aviez l’impression d’être la pire des égoïstes et cela vous a empêché de dormir pendant plusieurs nuits d’affilée. Ne soyez pas trop exigeante envers vous-même.

Vous avez tout à fait le droit de décliner une invitation à une fête — à laquelle vous ne risquez pas de vous amuser — pour regarder votre série ou votre émission préférée (après tout, ce n’est pas de votre faute si le programme en question passe tous les vendredis soirs !).

Apprenez à vous affirmer sans culpabiliser : ne pas savoir dire non est un signe de faiblesse ! Donc soyez forte, et dites non sans vous sentir mal ensuite.

Lire aussi : 35 choses que vous regretterez d'avoir fait dans votre vie

savoir-dire-non

Sachez dire non. Non tout court.

Il n’y a aucun mal à rendre des services de temps en temps, au contraire, c'est même une bonne idée pour faire plaisir aux autres, resserrer les liens avec ses proches et se valoriser aussi soi-même au passage par une activité positive. Mais lorsque ça devient une corvée, il faut savoir refuser.

Vous rentrez à peine du boulot que votre voisine vous supplie de garder ses enfants pendant 2 ou 3 heures ? Dites non. Tout simplement. D'une voix aimable, mais ferme.

Et ne vous justifiez pas. Si vous cherchez des excuses, votre interlocuteur va comprendre que vous hésitez et il tentera de vous faire changer d’avis. Un « non » franc et direct sera beaucoup plus efficace qu'une multitude d'excuses bafouillées avec gêne.

Montrez que vous êtes de bonne foi : proposez une alternative

Votre voisine (celle qui vous a demandé de garder sa marmaille) est désespérée ? Dites-lui — toujours sans vous excuser — que vous connaissez quelqu’un qui sera ravi de s’occuper de ses enfants (moyennant quelques euros, bien sûr).

De cette manière, vous montrerez que vous n’êtes pas complètement insensible à son problème et vous ne passerez pas pour la méchante sorcière.

Lire aussi :
♥ 10 raisons d'arrêter d'être trop gentille

5 choses que vous regretterez si vous laissez la peur contrôler votre vie
7 précieux conseils que les femmes âgées donnent aux femmes plus jeunes

Ajouter les points
15
Points
Clémence
Je fais partie de la rédac' SBG, et j'aime écrire, sortir, m'amuser, manger (très important, ça aussi !) et partager. Je vous propose donc régulièrement de découvrir mes derniers coups de <3.