Humeurs

Comment faire le deuil de son animal de compagnie

01 décembre 2017 - 15 : 10
par Elisabeth

Nos animaux de compagnie qu’ils soient à poils, à plumes ou à écailles, occupent souvent autant de place dans nos vies que des êtres humains. Lorsqu’ils nous quittent, leur absence peut créer un vide très douloureux comme pour la perte d’un proche. Un vrai travail de deuil est nécessaire d’autant plus difficile qu’il est souvent incompris.

comment-faire-le-deuil-de-son-animal-de-compagnie-2

UN VERITABLE COMPAGNON DE VIE

Qui n’a pas ressenti un bien-être incroyable avec son animal de compagnie, que ce soit en galopant sur son cheval, en caressant son chat, son cochon d’inde, en promenant son chien, etc… Jamais votre animal ne vous jugera, ne vous trompera, il ne sera pas jaloux et il vous aimera tel que vous êtes. Votre animal de compagnie est votre maître de vie, votre âme sœur et il devient même un membre de la famille, certains diront qu’ils sont en symbiose avec lui et d’autres qu’ils se sentent connectés.

C’est en grande partie parce qu’un animal de compagnie a tant d’importance pour nous que son décès est très douloureux et crée un vide immense.

comment-faire-le-deuil-de-son-animal-de-compagnie-3

L’INCOMPREHENSION DES AUTRES

Lorsque notre compagnon nous a quittés, nous sommes déjà dans la peine et parfois dans l’incompréhension et il arrive que nous entendions : « Ne te mets pas dans cet état là ! Ce n’est qu’un chat ! » ou bien « Ce n’est qu’un animal ! » ou encore « Tu en prendras un autre ! ». Et ces réflexions nous font du mal et nous ressentons de la colère.

Pour certains, la disparition de leur animal de compagnie est plus douloureuse que le décès d’un parent. Les personnes qui n’ont jamais vécu de relations intenses avec un animal ne peuvent pas comprendre le désarroi, le bouleversement et la souffrance ressentis. Cette peine est propre à chacun et on ne peut comparer et graduer les souffrances des autres. Que ce soit un amoureux des oiseaux, un propriétaire de chat qui décède ou bien un cavalier qui perd son cheval, le degré de souffrance ne dépend pas de la grosseur de l’animal, de sa race ou bien de sa durée de vie. Le lien avec l’animal de compagnie s’amplifie et s’approfondit dans le temps.

comment-faire-le-deuil-de-son-animal-de-compagnie-4

L’EUTHANASIE

Il arrive parfois que nous soyons obligés de prendre la décision de l’euthanasie. Choix difficile car nous pouvons penser « je vais tuer mon animal, je suis un assassin ». Il appartient à chacun d’agir comme il l’entend mais aussi en fonction de l’état dans lequel se trouve votre animal. Cela peut être aussi un dernier acte d’amour en abrégeant ses souffrances. Il faut lui parler, lui indiquer ce qu’il va se passer même si l’animal n’a pas de conscience et ne comprend pas ce que vous dites, l’intonation de votre voix sera rassurante pour lui. Surtout, il ne faut pas culpabiliser si l’on ne se sent pas capable d’assister à l’injection.

comment-faire-le-deuil-de-son-animal-de-compagnie-5

LE DEUIL

Le deuil pour un animal est similaire au deuil d’un être humain. Je veux dire par là qu’il y a les mêmes étapes : colère, déni, culpabilité et dépression.

La colère : On cherche un responsable par exemple  le conducteur de la voiture qui a écrasé votre chat !

Le déni : Non, ce n’est pas mon chat qu’on a retrouvé mort dans l’herbe et on hurle, on pleure et pendant quelques jours on est dans un état second !

La culpabilité : Je l’ai réprimandé avant qu’il meure ! Je n’ai pas vu plus tôt qu’il était malade ! Ne pas avoir pu dire adieu à son animal avant qu’il disparaisse !

La dépression : Passage presque obligé d’un deuil mais qui peut être de courte durée en se rattachant aux bons moments passés avec votre animal et de penser à ce qu’il vous a apporté : de la tendresse, d’avoir une compagnie, de tous les bons moments que nous avons passés avec lui, d’avoir vécu avec lui une très belle histoire…

comment-faire-le-deuil-de-son-animal-de-compagnie-6

ENTERREMENT OU PAS ?

Lorsque l’on prend un animal, on ne pense pas à son décès bien sûr ! Mais comment disposer de son corps le moment venu ? Certains préféreront l’enterrer dans leur jardin, certains opteront pour l’incinération et d’autres pour une cérémonie d’enterrement. Quelle que soit la décision, il est préférable de la prendre lorsque votre animal est encore en bonne santé afin de ne pas se précipiter et regretter une décision prise à la hâte dans la douleur !

Que votre animal meure par accident ou bien de maladie, la peine est là ! Faire son deuil est important mais peut prendre du temps. Seuls les bons souvenirs des instants passés avec votre animal restent en mémoire et surmonter son chagrin est le meilleur des hommages que l’on peut lui rendre !

Et vous, comment avez-vous réagi à la perte de votre animal ?

Ajouter les points
15
Points
Elisabeth
Fan de So Busy Girls depuis les débuts du site, je contribue de temps au temps au webzine pour partager mes tests, mes astuces et ma bonne humeur.