Humeurs

J'ai pas peur de l'avion

11 août 2016 - 14 : 57

Ce qui me fait flipper moi, c'est tout ce qui peut se passer avant de monter dans l'avion. J’ai peur de l’aéroport. Eh ouais.

Déjà, j'ai peur de me tromper de terminal, d'être persuadée que je vais à Orly, de prendre le bus, et me rendre compte à l'arrivée qu'en fait c'était Charles de Gaule et de louper mon vol. Big up à l’immensité de Paris.

J'ai peur en enregistrant mes bagages. Je pose ma valise sur le petit tapis, je guette les chiffres en ayant la frousse pas possible de voir apparaître 25kg en chiffres rouges lumineux et de devoir payer un excédent d'un prix scandaleux. J'ai peur de voir cette employée d'Air France me dire : "Du coup, vous faites quoi ?", comme si j'avais le choix, comme si je pouvais utiliser un joker en mettant ce surplus qui révèle mon incapacité à évaluer un poids au kilo près, dans un espace virtuel le temps de mon voyage (et les récupérer à l’arrivée bien sûr). Comme si je pouvais avoir aussi le joker “Appeler un ami”, un ami qui se téléporte et qui arrive à la seconde, qui me dirait : “Hey t’inquiète meuf, je te prends tes pompes et tes 2 pulls et je te les ramène chez toi, on est détendax”.

Et puis j'ai peur des contrôles de sécurité surtout. Mon état d’angoisse est maximal.

J'ai peur de sonner aux portiques, de devoir enlever ma montre, puis de re-sonner encore, de devoir enlever mes bijoux en toc, d’en oublier, et de re-sonner encore et encore et de me faire engueuler par les gens derrière qui s’entassent en attendant que je ne sonne plus.

J'ai peur qu'on me dise d'enlever mes bottines et qu'on découvre que j'ai une chaussette verte avec des renards d’un côté, et une socquette toute noire et trouée de l’autre côté.

J'ai peur qu'on doive ouvrir ma valise parce que j'ai oublié de sortir mon démaquillant, et que des tampons jaillissent, comme un feu d’artifice de tampons. Ou qu'on découvre que je suis une bordélique qui porte des sous-vêtements fluos et pire, que ces derniers tombent par terre au pied d'un bel inconnu.

J'ai peur que, lorsque j'ai pensé à mettre mes liquides dans la pochette transparente, on s'amuse à compter le nombre de millilitres et que ca fasse 110, qu'on m'enlève mon sérum pour cheveux bouclés à 15 euros et que je passe mes vacances avec les cheveux tout crépus, comme Monica.

monica-cheveux-crepus

J'ai peur d'oublier cette histoire de liquides et d'acheter une bouteille de Coca à 3,50 euros juste avant les contrôles car je meurs de soif, et de devoir la descendre en 3 secondes ou l'abandonner.

Et que pendant tout ce temps perdu pour des raisons qui m’échappent, les bacs blancs qui contiennent mes affaires s’accumulent au bout du tapis roulant, pètent un câble et se cassent tous la gueule sans que je puisse les sauver.

J'ai peur qu'on me dise juste avant de rentrer dans l'avion que finalement, je dois mettre mon énorme sac à mains dans ma valise archi pleine si je veux pas payer 50 euros pour la mettre en soute. Et de pas y arriver. Et de me retrouver à passer devant les hôtesses de l'air avec la moitié de mes fringues à la main, et en perdre une entre la porte de l’avion et la passerelle. J’imagine déjà mon petit short vert voler dans les airs à cause des réacteurs. Triste destin.

J’ai peur que le fabriquant de ma valise cabine ait manqué de jugeote dans ses calculs et n’ait pas capté que les mesures autorisées incluent les roues, et que mes putains de roues dépassent de ce boîtier test JUSTE avant que de prendre mon avion. Sérieusement, ils m’angoissent avec leur écriteau ROUES INCLUSES.

J'ai peur d’avoir sauté une ligne quand j'ai regardé le numéro de la porte de mon vol, de m'asseoir tranquillement devant la mauvaise, de réaliser au moment de l'appel mon erreur et que ma porte soit à l'autre bout de l'aéroport, de mettre 10 minutes de course à y arriver, et de voir mon avion partir sans moi.

J'ai peur qu'après avoir réussi toutes ces épreuves, avec ma tête rouge et essoufflée, avec une trentaine d'euros en moins pour excédent, avec la vessie pleine car j'ai pas voulu gâcher mon Coca, avec ma dignité en moins depuis le passage aux contrôles, j'arrive devant l'hôtesse et qu'on découvre que mon passeport n'est plus valide depuis 2 jours.

Mais quand rien de tout ca ne se passe, quand je rentre dans le petit tunnel qui me mène à l'avion avec une putain de satisfaction d'avoir évité tous ces obstacles, je suis tellement au summum de la confiance en moi que j'ai la claire impression de pouvoir affronter la vie sereinement, quoi qu'il arrive.

Et ce n'est pas une zone de turbulence qui m'effraiera, croyez moi !

Ajouter les points
15
Points