Culture

Sandman Slim, le roman fantastique de Richard Kadrey

22 décembre 2015 - 12 : 06
par colette

Sandman Slim est le surnom donné au magicien James Stark, lors de son long, long (11 ans) séjour aux Enfers. Le premier et le seul humain à y être entré sans être mort au préalable.

Pendant ces 11 ans, il a fait le gladiateur pour amuser les autres démons au risque de sa vie ou exécuté quelques missions.

Mu par le désir de venger la mort de sa fiancée, Alice, Stark arrive à s'échapper. Revenu sur Terre, et plus précisément atterri à Los Angeles, derrière les Studios Paramount de Melrose Avenue, quelque peu roussi par son périple, il se met à la recherche de son grand rival Mason. Stark installe sa base de repli au Max Overdrive Video non sans avoir quelque peu maltraité le gérant Kasabian, un des participants de son ancien Cercle de Magie - sans l'avoir vu venir, ce pauvre Kasabian se retrouve réduit à sa seule tête ce qui ne lui permet pas de se déplacer tout seul mais ne l'empêche pas de se plaindre à longueur de temps-  Comme il faut bien manger de temps en temps, Stark  fait du Bamboo House of Dolls sa cantine attitrée après avoir sauvé le tenancier d'une attaque de skinheads suréquipés en armes magiques.

Stark retrouve également son ami français, Vidocq (oui, notre Vidocq), un Sub Rosa, une sorte de magicien humain.

Après avoir appris qu'on le surnomme également "le monstre tueur de monstres", Stark a bien du mal à trouver le chemin qui le mènera à Mason. Pourtant il est doté du pouvoir de passer d'un endroit à l'autre, en transitant par la Salle aux treize portes, d'une mystérieuse clé que tout le monde veut lui voler et qui est cachée dans son coeur et d'une pièce magique qui répond à ses questions.
Au bout de ses aventures, Lucifer lui-même viendra lui rendre une petite visite amicale. C'est que Stark est devenu un homme très recherché à la fois par l'Enfer et par le Paradis qui l'un et l'autre envoient des émissaires pour le recruter! 

Il y a quelque chose des "Dossiers Dresden" de Jim Butcher dans ce livre, suivi aux Etats-Unis de de 6 autres titres : de la magie, des héros pas tout à fait humains, et un humour très geek, de la véritable Urban Fantasy en somme.

Les uns et les autres sont de bonnes idées cadeaux pour tout(e) amateur/trice de fantasy. Mon Kid Loki, geek confirmé, à qui j'ai fait découvrir les "Dossiers Dresden" était tellement enthousiaste qu'il a continué à les lire en anglais, tout n'étant pas traduit en français!

« Sandman Slim » de Richard Kadrey, traduit de l'anglais par Jean-Pierre Pugi. Denoël, 2013
Photo de l’édition américaine : www.goodreads.com

A lire aussi dans notre rubrique culture :
10 astuces pour un cinéma moins cher
Un film par semaine #14 : Devdas
Ma sélection de sorties ciné que je ne louperai pas en décembre

Ajouter les points
15
Points