Beauté

Mon calvaire avec l'acné

20 mars 2017 - 11 : 03

Hello les plus belles ! Vous n'imaginez même pas depuis combien de temps je rêve d'écrire ce post. Je savais que le jour où je prendrai mon ordinateur pour vous parler de mon acné, ça voudrait dire que j'en ai fini avec ce calvaire ! Et maintenant qu'on y est, je ne sais pas par où commencer. Alors, je vais reprendre depuis le début.

J'ai traversé l'adolescence avec une peau de bébé. À peine quelques imperfections à droite à gauche que je perçais et qui ne me laissaient aucune cicatrice (je déconseille quand même de percer ces boutons). Une peau de bébé, je vous dis !

Et puis, début 2013, un bouton (un seul !) pointe le bout de son nez sur ma joue droite. Bien gros, bien rouge et bien douloureux. Il n'a pas eu le temps de partir qu'un deuxième, puis un troisième ont posé leurs valises. C'était le début du calvaire. Et je ne savais pas y faire face moi qui avait toujours eu une peau de bébé. Je n'avais jamais eu à affronter l'acné, jamais vraiment eu besoin d'utiliser des soins spécifiques ou de devoir camoufler mon visage sous des tonnes de fond de teint.

Lire aussi : DIY : un masque au miel et aux fraises pour lutter contre l'acné

Et pourtant, il a fallu que j'apprenne. J'ai passé des nuits entières à parcourir la blogosphère à la recherche d'un produit miracle et j'ai gaspillé des dizaines des centaines d'euros dans des produits qui auraient dû me sauver. Résultat ? Mes boutons étaient toujours là à me narguer et ma peau s'est vengée des tortures que je lui ai infligée. Elle est devenue sensible, plus fine, capricieuse. Et toujours aussi boutonneuse.

guerre-boutons-acne-mamzelle-chahi-sobusygirls

Tous les jours, c'était une torture de devoir appliquer autant de fond de teint. Un fond de teint qui finalement ne faisait que mettre en évidence ce que j'essayais de cacher. Un fond de teint qui est pourtant devenu indispensable. Tous les jours sans exception, je m'en tartinais dès le matin pour l'enlever quelques minutes avant d'aller dormir. Je ne voulais plus sortir, plus affronter le regard des autres, je ne prenais plus aucun plaisir à me maquiller, me coiffer, m'habiller. J'étais moche quoi que je fasse. Chaque soir, le démaquillage était une nouvelle torture. J'enlevais le masque qui cachait les horreurs de mon acné. J'en ai pleuré. Je me suis cachée. Interdiction d'allumer la lumière quand j'étais démaquillée. J'en ai pleuré encore. Et encore. J'ai abandonné les tentatives de sauver ma peau, j'ai arrêté de prendre soin de moi.

Lire aussi : 9 recettes beauté de grand-mère qui fonctionnent vraiment

Ça a duré des mois, presque 2 ans pour être honnête. Avec des hauts et des bas. Du mieux et du bien bien pire. La lotion Déboutonnez-moi d'Indemne que j'ai découverte il y a quelques mois m'a beaucoup aidée à maîtriser les poussées d'acné et à calmer mon visage. Aujourd'hui, ça va mieux. Je crois que mes hormones se sont calmées. J'ai aussi adopté une routine simpliste qui a fait un bien fou à ma peau (je vous en parlerai très bientôt sur le blog).

Je sais qu'il y a bien pire dans la vie, que quelques boutons ce n'est pas la fin du monde. Je comprends que certaines puissent trouver ça futile et superficiel. J'aurais pu tenir ce même discours avant d'avoir traversé cette période d'acné. Pourtant, quand ça nous arrive, ce n'est pas pareil, c'est vite un calvaire ! Mon acné m'en a fait voir de toutes les couleurs mais j'ai fini par lui faire la peau ! Eu aujourd'hui je revis. Je sors, je ris, je fais du sport, je ris, je ris, je vis.

Ajouter les points
15
Points
Mamzelle Chahi
Marseillaise, rédactrice en freelance et surtout blogueuse, je décortique la beauté entre deux coups de gueule ou je pousse un coup de gueule entre deux poses de vernis, tout dépend de mon humeur !