Culture

Orphan Black : une bonne surprise SF

24 février 2015 - 15 : 00
par Biancat
Comme je l'ai évoqué dans un précédent billet, mon année de séries addict avait d'ores et déjà très bien démarré avec l'excellente Sherlock. Mais comment rebondir après un tel coup de coeur ? Enchaîner avec un autre coup de cœur, pardi ! A l'heure anglaise aussi bien sur petit écran que dans mes lectures, je n'avais pas envie de me replonger tout de suite dans une série américaine. C'est donc un peu par hasard que je me suis lancée dans la méconnue, mais néanmoins très bonne série de science-fiction Orphan Black, créée en 2013 et comportant à date 2 saisons de 10 épisodes.

affiche-orphan-black

Un renouvellement du genre


Sur un quai de gare, Sarah Manning voit une jeune femme se jeter sous un train devant ses yeux, après avoir soigneusement plié ses affaires et ôté ses escarpins. Avant le saut fatal, Sarah a juste de le temps de remarquer que leurs traits sont absolument identiques. Ni une ni deux, elle s'empare alors du portefeuille de l'inconnue et s'enfuit. Découvrant que son alter ego, dénommée Beth Childs, travaillait dans la police, elle décide de prendre sa place pour échapper à une existence et à un ex-petit ami minables. En prenant cette décision, elle se retrouve plongée au cœur d'une sombre affaire de clonage et réalise rapidement que sa vie est en danger.

beth-orphan-black

En lisant le résumé, on pourrait se dire qu'on est avec Orphan Black face à une énième histoire de clonage et de complot, thème cher à la science-fiction. C'est le cas, pourtant le traitement de l'histoire éloigne sans conteste la série des précédents essais sur le sujet.

Ainsi, dès les premières images et les premiers dialogues qui fleurent bon la banlieue anglaise, on se croirait dans une série Outre-Manche. Or, même si elle est diffusée par la BBC, par sa branche américaine plus précisément, Orphan Black est une série... canadienne. Quand bien même, elle partage avec ses cousines britanniques un ton, une modernité et une ambiance qui la différencient immédiatement des séries américaines. Haletante et addictive dès le premier épisode (je me suis fait violence pour ne pas l'engloutir en 3 jours !), la série ne manque pas non plus d'humour.

Epoustouflante Tatiana


Cependant, l'attrait principal de la série réside incontestablement dans l'extraordinaire performance de l'actrice principale Tatiana Maslany. Qui dit clones, dit rôle multiple, et la géniale Tatiana en interprète pas moins de 8 sur les 2 saisons !

D'Alison la desperate housewife, à Cosima la geekette, en passant par une Helena perturbée et un tantinet psychopathe, elle se fond dans ses personnages avec une facilité déconcertante en alternant costumes, coiffures, accents, et réussissant la prouesse de les rendre à la fois consistants et attachants. Elle est pour cela soutenue par des effets spéciaux de très bonne facture, lorsque les clones se retrouvent (à de nombreuses reprises) ensemble à l'écran.

clones-orphan-black-tatiana-maslany

Si Tatiana étonne (elle a d'ailleurs reçu de nombreuses récompenses pour sa performance), le reste du casting n'est pas en reste. J'ai une certaine tendresse pour Felix, le frère de Sarah, sorte de grande folle totalement décomplexée, qui sert de comic relief au show, ainsi que pour Vic et Donnie, personnages de losers à la fois pathétiques et attendrissants. Et petite mention pour Paul, parce qu'en plus d'être absolument canon, il est sans doute l'un des personnages les plus énigmatiques de la série.

?????????????????

On admettra, c'est vrai, qu'Orphan Black n'atteint peut-être pas la qualité d'écriture et l'intensité d'un Luther ou d'un Sherlock, notamment à cause de sa propension à épaissir les mystères et à systématiquement jeter le trouble sur les motivations de ses personnages. Mais est-ce un véritable défaut ou un tour habile pour rendre le spectateur accro ? Vu mon impatience à entamer la saison 3, qui sera diffusée à partir du 18 avril sur BBC America, j'ai déjà un début de réponse.
Ajouter les points
15
Points
Biancat
Ancienne parisienne exilée dans le Sud il y a trois ans, maman de deux fripouilles roses de 4 et 7 ans, ex-marketeuse et rédactrice passionnée par les mots. Ma Biancat’s Room, c’est un peu le canapé virtuel où j’aime papoter au coin du feu de mes coups de coeur souvent, de mes trucs de maman parfois. Un petit cyber-verre avec moi, ça vous dit ?