Beauté

J'ai vaincu mon cancer du sein

14 août 2016 - 13 : 03

Je souhaitais partager avec vous ce magnifique témoignage de Denise, une jeune maman de deux enfants qui a eu un cancer du sein à 35 ans, et qui s'en est sorti il y a un peu plus de 15 ans maintenant.

Elle n’a jamais oublié son combat contre la maladie, toutes ces épreuves qu’elle a endurées mais elle était entourée, et pour elle cela a vraiment contribué à sa guérison.

Témoigner c'est partager les bons et les mauvais moments, mais le plus important est d'y croire et de vouloir s'en sortir.

Je vous laisse découvrir son histoire.

Crédit photo : Fotolia

Le doute

"J’avais mal à mon sein droit, mais je n’y prêtais pas trop d’importance, car avant les menstruations une femme a toujours les seins qui font plus ou moins mal. A cette époque j’avais 35 ans et 1 mois, j’étais très jeune. Mais le 26 au matin mon sein avait triplé de volume et était très douloureux, insupportable même, comme une sensation d’être en feu, donc mon mari m’a emmenée en urgence à l’hôpital pour voir mon gynécologue."

L'annonce

« J’avais une grosseur de la taille d’un petit pois. Le médecin m’a alors annoncé qu’il fallait me faire une ponction pour en retirer un peu de liquide et découvrir si c’était malin soit cancéreux ou non…

Les résultats sont arrivés au bout d'une heure, je n'avais pas peur à ce moment-là, j'avais tellement mal et je ne pensais pas que je pouvais avoir un cancer, pas moi. Le médecin m’a annoncé que la grosseur était maligne et que je devais me faire opérer. Il a commencé à me parler de tout ce qui allait avec cette opération : les risques d’une ablation totale ou partielle, entre autres.

Je comprenais tout ce qu’il me disait, mais cela semblait si irréel… C’était comme un tremblement de terre, une faille qui s’ouvrait sous moi et qui dévastait toute ma vie bien rangée… Puis le trou noir, j’ai fondu en larmes. »

C’est à ce moment que j’ai commencé à me battre contre la maladie

« Mon traitement a commencé dans ce bureau, avec ce médecin. J’ai reçu des anti-inflammatoires et d’autres médicaments en vue d’une opération pour enlever cette grosseur.

C’était comme un chemin qui m’emmenait sans que je m’en rende compte, j’étais emportée par la ronde des examens de préparation de l’opération, les prises de sang, les radios des poumons, l’anesthésiste…

J’étais dans une spirale sur laquelle je n’avais aucun contrôle où ma seule possibilité était l’attente. »

D’abord l’opération pour retirer la tumeur

« Elle a duré 3h30, le chirurgien est venu m’informer que l’opération s’était bien passée, il avait pratiqué une ablation partielle du sein puis d’une zone de sécurité, et une ablation de la chaîne ganglionnaire du bras droit ainsi qu’une intervention en vue d’une possible reconstruction mammaire.

Je l’entends encore m’annoncer tout cela. Et durant tout son discours, je passais d’une émotion à une autre : entre peur et espoir, c’était très fort… »

Il a fallu attendre pour savoir si j’avais ou non un cancer

« Il est entré dans la chambre et m’a annoncé sans prendre de gants que j’avais un cancer du sein de stade 3, une tumeur de 2,5 cm de diamètre, qui nécessitait des séances de chimiothérapie et de radiothérapie. Je lui ai alors seulement répondu que j’allais m’en sortir. »

La première fois que j’ai vu mon sein opéré, un vrai choc

« C’était un vrai choc pour moi, le voir comme ça, voir ce qu’il en restait, c’était horrible. Je ne pouvais pas parler, j’étais vraiment choquée. Je me suis alors dit que si j’allais vivre j’allais le faire avec « ça ».

Puis j’ai eu une grande discussion avec l’infirmière qui m’a aidée à me dire que l’important était d’être là. Puis le trou noir, je suis tombée dans les pommes, trop d’émotions, trop de questions… »

Crédit : « Le Cancer du Sein, Parlons-en ! »

Et les thérapies ont commencé : radiothérapie et chimiothérapie

« La première fois, j’étais très impressionnée de voir qu’il y avait autant de monde mais je n’osais regarder personne, j’avais trop peur d’ouvrir les yeux sur une réalité qui ne me plaisait pas : la difficulté du traitement.

Il y avait ces gens qui n’avaient plus de cheveux et se mettaient un bandana, d’autres en fauteuil roulant, tous avec ce même regard vide. Et j’avais peur car je débarquais pour ma première radiothérapie mes beaux cheveux et le teint rosé, et tout le courage possible mêlé à l’espoir, et je les voyais tous fatigués de se battre.

Parfois, on ne ressent même plus le courage dans les yeux des autres, et je n’arrivais pas à les regarder. Les cabines s’ouvraient et on appelait des gens qui entraient, et ressortaient ensuite. Mais je ne comprenais pas où ils allaient et ce qu’on faisait dans ces cabines.

Puis ce fut mon tour, je faisais comme les autres, je suivais l’infirmière, j’entrais dans cet endroit. Et là je découvrais les grandes machines, j’étais perdue et désorientée.

L’infirmière avait alors senti ma panique et essayait de me rassurer avec des mots gentils. Le pire pour moi était de me déshabiller et de montrer ce sein meurtri et atrophié. Encore des mots rassurants et c’était parti pour des explications d’un autre médecin, marquages, mesures, dessins sur ma poitrine et quelques points de tatouage (que j’ai toujours), et c’était lancé… »

La fin du traitement

« J’étais très fatiguée et stressée, épuisée par tout cela, mais le meilleur moment reste quand il vous dit qu’au vu de mes résultats le traitement fonctionne.

L’annonce de la rémission était un grand moment, mais avec en fond des doutes et des questions car rémission ne veut pas dire guérison. Il était possible que je doive tout recommencer, tout revivre, tout supporter à nouveau. Les visites chez le cancérologue et les examens continuaient, tous les six mois j’y retournais et je subissais à nouveau ces doutes, ces peurs, ces pleurs, ces angoisses d’une annonce d’un retour de la maladie.

Mais l’innocence et la joie de mes enfants me faisaient garder la tête sur les épaules et ces petits riens de tous les jours étaient importants. »

Pour conclure…

« On dit que le temps passe et qu’il efface les plaies, même les miennes. C’est sûr que de mon sein il n’en restait qu’un bout difforme et j’avais toujours les mêmes questions, mais je me battais. Ce sont l’amour de mes proches et mon orgueil qui m’ont fait tenir, car je ne pouvais pas me laisser vaincre par ce quelque chose qui me faisait du mal, cette chose sournoise que je ne voyais pas. J’ai déclaré la guerre par peur de mourir.

Cependant il faut tenir bon même dans ces moments de grande solitude… Il faut garder cet espoir, car c’est la flamme. On ne voit pas la maladie, on la ressent alors il faut être dure et assumer un travail mental. Moi j’avais une famille, et je ne pouvais pas la laisser… Il faut toujours se dire « Je vais y arriver ». Ce n’était vraiment pas facile tous les jours mais le moral, l’envie, l’espoir, sont des atouts incontournables pour aller vers la guérison. »

Pour lire la totalité de ce témoignage, cliquez ici.

Ajouter les points
15
Points
Mamzel'Dree
Concentré de vie et de bonne humeur ! Un blog qui regroupe mes découvertes et jolies choses du quotidien.