24 009 Followers
21 765 Fans
5 857 Abonnés
3 930 Suiveurs
6 016 Abonnés

Salut, je n’ai plus de vie

1 Partages Facebook 0 Twitter 1 Google+ 0 Email -- 1 Partages ×
salut camilleg.fr  Salut, je n’ai plus de vie

 

Les étudiants sont tous les mêmes. Ils ne sont jamais contents de leur statut de « glandeur pénard ». Pourtant être à l’école, c’est la parfaite planque. Pas d’impôts à payer, pas de responsabilités sur leurs petites épaules et surtout nourris blanchis logés chez Papa/Maman. Ouais d’accord, pas tous, mais une bonne partie.

 

Ils gémissent à l’approche des examens. Les pauvres chous, ils ont 5 matières à apprendre par cœur ! Oh my god ! C’est invivable. Nous, les salariés, nous nous prenons la tête avec des dossiers urgents sur le feu, nous répondons aux ordres d’un manager tyrannique (ou non), nous devons atteindre de véritables objectifs, sans oublier que nous ne pouvons pas nous disputer avec les collègues comme on le ferait en classe !

 

Imaginez un peu la scène : « Quoi ,tu n’as pas fait ce que je t’ai demandé en temps et en heure ? ». A l’école ça donne : « Quelle connasse celle-là, elle fout rien, laisse tomber on la vire de l’équipe ». Au boulot ça donne : « Et tu penses pouvoir le faire d’ici la fin de la semaine ? »
 
En gros, tu la fermes. No choice. L’année prochaine, tu ne changes pas de service ! Les collègues c’est sacré, ils risquent de te suivre pendant un moment ! Généralement, les gens sympas tombent enceinte ou démissionnent. Bien souvent, on se coltine les cons… Vous n’avez jamais remarqué que l’on doit faire face à un processus chimique ? Les abrutis restent collés à nous. Ainsi va la vie.
 
De quoi ils se plaignent, tous ? Ils peuvent sécher, tricher, faire des grasses mat’, répondre à leurs profs et en plus, quand ils tombent malades, on leur fout la paix ! On ne les appelle pas pour savoir où est rangé tel dossier… ET LE MUST reste les vacances scolaires ! Deux mois de suite à ne rien faire ! Au programme estival : farniente, farniente, drague, farniente, mojito, farniente, plage, farniente et disco !
 
D’accord, je l’avoue : moi aussi j’ai été glandeuse professionnelle hors pair. Fraîchement jeune salariée, je regrette le temps où je rechignais à faire mes devoirs le week-end et à apprendre mes poésies sur le bout des ongles (à cette époque, ils n’étaient point manucurés d’ailleurs, normal j’étais pauvre). Le temps a passé et désormais, je suis pétée de thunes. Enfin, tout est relatif… Passer de rien à une paie signifie décrocher le gros lot quand on est jeune (et naïf).
 
Tout cela pour souhaiter une bonne rentrée aux petits étudiants  : profitez de vos dernières années d’études supérieures ! Le temps du stress, de l’overbooking et de la pendaison (non je déconne, quoique) est proche… Je peux même vous rappeler qu’un grand nombre de salariés consomment des petites pilules pour garder le moral !

 

Dernière chose, le soir, vous serez trop crevés pour sortir autant qu’avant ! Alors clubbez pour moi, d’avance merci !

 

Une ex-vieille étudiante

 

Article rédigé par Camille G.

camille G 140x140 Salut, je n’ai plus de vie
 
 

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez retrouver Camille directement sur son blog.

7 réponses à Salut, je n’ai plus de vie

  • Wenine dit :

    Au temps pour moi alors :) Bon cela dit moi, je compte apprécier et profiter de ces deux années qui me restent avant de sauter à pieds joints dans les « vraies » responsabilités !

    • Camille G dit :

      j’avais peur, très peur quand j’y songeais… Mais finalement tout coule doucement et on trouve vite ses marques ! Il faut pas être pressé mais il faut se dire que tôt ou tard on y met les pieds dans la vraie vile :) Les vraies mutuelles tout ça tout ça :D

      • Wenine dit :

        C’est vrai que ça fait peur… Ce qui m’inquiète pour le moment est surtout de savoir si j’ai fait le bon choix de master, parce que je n’ai pas envie de me retrouver avec un boulot qui ne me plaît pas à la sortie… Mais bon, j’imagine que je le saurais au fur et à mesure de l’année, il sera toujours temps de me réorienter.

  • Camille G dit :

    aucune ;) et tu verras que la vie de salariée c’est le pied :D bon sauf les impotssssssssss

  • Camille G dit :

    On se détend, c’est ironiqueeeeee
    Désolée j’ai passé le stade des « LOL » dans les articles

    Subtilité quand tu nous tiens ;)

  • Wenine dit :

    Tu sembles un peu aigrie… Tu sais, tous les étudiants ne sont pas tels que tu les décrits. Perso, il me reste 2 ans d’études, et je ne me plains aucunement de ma condition. Je pense que l’on est nombreux à avoir pleinement conscience de notre statut de « privilégiés », et à savoir qu’à la fin, la belle vie, c’est terminé (même si, effectivement, on ne peut pas savoir avec précision ce qui nous attend une fois insérés dans la vie professionnelle). Si, pour moi et bien d’autres, le statut d’étudiant est en effet le garant de quelques années de vie à la cool, avec aucun autre impératif que celui de réussir nos examens, je trouve que tu généralises un peu trop. Autour de moi, il y a de nombreux étudiants qui galèrent pour se payer les frais d’inscription, leur logement, la taxe de logement qui va avec, et de quoi manger à leur faim tout le mois. Tous n’ont pas, comme tu le dis, les parents pour assurer derrière. Enfin j’imagine que c’est ton état d’esprit qui te pousses à nous « haïr », nous et notre condition, tout autant que nous sommes, et si ça t’aide à te sentir mieux, tant mieux pour toi, mais saches que les petits étudiants que nous sommes n’y sommes pour rien si tu as une vie qui ne te plait pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

classement-ebuzzing
Inscris-toi à notre newsletter !
newsletter
Les derniers articles Humeurs