Humeurs

J’ai testé pour vous : travailler avec des gens tricheurs, menteurs et voleurs

30 mars 2016 - 09 : 52

Le courage et l’honneur sont deux valeurs auxquelles je ne saurai me soustraire. Ce sont deux principes « sacrés » qui gouvernent ma vie et les actions que j’entreprends.

Aller au bout de ses idées, avoir le courage de ses convictions, les assumer et ne pas en changer, c’est ça, selon moi, avoir une force de caractère et une noblesse dans l’âme.

La société d’aujourd’hui, inondée par la télé réalité et les médias « bas de gamme », a fait de certains d’entre nous des êtres petits, mesquins, prêts à planter leurs couteaux longs et pointus dans le dos de leurs amis et collègues.

Leur esprit étroit et limité gouverne leurs sens, et leur peur de ne pas être mis en avant, à la place qu’ils estiment être la leur, les conduit à manquer gravement aux valeurs fondamentales qui sont les bases de notre vie en société et du « savoir-être » ensemble.

Mon éducation classique, dispensée par mes parents et mes grands parents, a instillé en moi certaines valeurs que je regrette de ne plus retrouver dans le monde dans lequel je vis.

Mes amis et ma famille, je les aime. Mes supérieurs, je les respecte. Mes collègues de travail, je me joins à eux pour que puisse émerger la puissance d’un projet collectif.

Certaines personnes que j’ai de la peine à côtoyer imaginent la société et l’intérêt général autrement. Pour eux, cet intérêt général ressemble fort à une somme de leurs intérêts personnels. Pour ces gens-là, sans vertu de l’esprit, tricher n’est pas trahir, c’est mettre plus de moyens au service de leur réussite. Mentir n’est pas prohibé, c’est au contraire fortement recommandé pour parvenir à distiller le mal et la rumeur autour d’eux. Voler, ça n’est pas prendre aux autres, c’est juste profiter de ce qui leur est dû.

Mentir, tricher, voler… Ce sont de nouveaux principes de vie qui gouvernent aujourd’hui les relations de travail. Soit. Il me faut alors faire avec et trouver une parade. Je connais des menteurs et des tricheurs qui assument ce qu’ils font et pour certains même, le revendiquent. Ce sont leurs choix, et avec eux, chacun peut savoir dans quoi il s’engage.

Mais que penser alors que ces tricheurs et de ces menteurs qui n’assument pas ? Que penser d’une personne qui fait siennes les idées de ses collègues, et qui s’empresse d’aller les présenter au Grand Patron, en les présentant comme les dernières merveilles surgies de son esprit fécond ?

Que penser d’une personne qui demande à ses agents de couvrir une faute qu’il a commise ? Et qui lui impose de s’excuser publiquement pour le protéger, lui, le mesquin ? Que penser d’une personne qui n’assume pas ?

Assumer, c’est avouer aux autres et s’avouer à soi d’abord qu’on est un être humain, et qu’un être humain, ça fait des erreurs. Assumer, c’est aller de l’avant en prenant acte des erreurs commises pour ne pas les reproduire. Assumer, c’est la preuve d’une certaine grandeur de l’âme.

Je travaille en ce moment avec des gens tricheurs, voleurs et menteurs. Et qui n’assument pas d’être obligés de faire tout ça pour arriver à leurs fins. Je le déplore sincèrement, car je reste persuadée que c’est du travail collectif qu’émergent les meilleures idées, les meilleurs projets, et qu’arrivent les meilleurs résultats.

Vivre ensemble, c’est parfois difficile, mais si nous ne faisons pas les efforts nécessaires pour y parvenir, alors c’est sûr, nous n’y arriverons jamais.

Ajouter les points
15
Points