Culture

Richard Armitage ou l’art d’être sublimement british !

29 juin 2012 - 10 : 30

Dans un précédent article, je vous citais les quelques films romantiques que j’aime vraiment (je ne reviendrai pas sur le fait que je suis pathétique, merci !) et j’évoquais un acteur anglais que j’adore : Richard Armitage. Comme promis, voici un éloge en bonne et due forme !


 

Je sais que, vous aussi, vous l’avez sûrement déjà repéré (en fait, une d’entre vous l’a avoué !). Bon, d’accord, il faut aimer les britanniques,  mais il est grand, brun, avec des yeux bleus et un sourire à se damner, sans parler de son allure à faire fondre la banquise. Bon, j’exagère un peu, mais si peu.


 

Je suis l’exemple type de celle qui craque littéralement (et ce depuis l’enfance. « C’est inné ! », comme dirait ma meilleure amie) sur les britanniques (anglais, écossais, gallois, irlandais, je ne fais pas de sectarisme, j’aime toutes les régions !).


 

Alors, mes copines vous diront que je leur rabats les oreilles depuis 1993 avec Jude Law (le deuxième homme de ma vie, le premier étant, pour l’éternité, River Phoenix), que je craque « bizarrement » sur Ben Whishaw (que certaines de mes copines surnomment, à tort, « la crevette insipide » !), que je m’évanouis à la seule vue d’Ewan McGregor, que je soupire (depuis peu) sur James McAvoy, j’admire Jamie Bell et Eddie Redmayne, sans compter sur le fait que je me pose de sérieuses questions sur la béatitude que j’éprouve quand je vois arriver devant mes yeux le sexy Clive Owen. Bref, vous avez bien compris toute mon admiration pour les sujets de Sa Gracieuse Majesté…


 

Alors, il est vrai que d’autres me plaisent (vraiment) beaucoup (citons au hasard… Le Prince Harry –une autre obsession –, Damon Albarn, Graham Coxon, Rupert Penry-Jones, Max Brown, Andy Murray, Jenson Button, et consorts), mais il y en a un qui rassemble, à mon humble (mais néanmoins expert) avis, la quintessence de la beauté masculine britannique : Richard Armitage.


 

Remarqué par mes soins dans SparkHouse en 2002, j’ai dû lutter pour ne pas baver devant les yeux ébahis de mon chéri de l’époque. Alors, pour celles (et ceux, évidemment !) qui ont loupé le plus joli british de ces dix dernières années, voici un petit récapitulatif des films ou séries où vous pouvez combler vos lacunes (en cette période de chaleur, la température va assurément augmenter de quelques degrés, croyez-moi !)…


 

Je vous épargne les deux séries britanniques (Cold Feet et Ultimate Force) pas si mémorables que cela, mais où j’ai apprécié la vue (je suis toujours incapable de me souvenir des thèmes principaux… C’est dire mon intérêt pour ces séries !).


 

Nord et Sud : dès qu’il apparaît en haut des escaliers de l’usine (sa première scène), j’ai défailli (en essayant de cacher mon trouble à ma moitié… qui, depuis, se méfie un peu de mes « chéri, si on regardait ce film ? ») et j’ai eu de la peine à ne pas accélérer le visionnage pour ne me focaliser que sur lui (vous connaissez maintenant ma propension à fuir le romantisme). Alors, oui, il est hautain, un peu coincé cependant on lui sauterait bien dessus immédiatement (contrairement à cette débile d’héroïne !). Je ne suis toujours pas remise de la scène près du cottage vers la fin…. *soupirs*


Bon, après cela, je suis passée par tout et n’importe quoi (Golden Hour…) pour atterrir à une interprétation de Claude Monet Jeune (je hulule encore !), en 2006 dans « The Impressionists ».


 

2006, justement. Comment oublier ? Le début de (ma) fin (faim ?). Non seulement, je n’ai pas résisté aux nouvelles aventures de Robin des Bois (un type en collants affublés de bras cassés ? Eh bien, non, un joli garçon, irlandais, – Jonas Armstrong – avec des braves types sympas et assez jolis aussi…) ! Et là, que vois-je (alors que je me morfondais) ? Le méchant de l’histoire (outre le Shérif de Nottingham), le type jaloux, mesquin, fourbe et un brin taré… Sir Guy de Gisborne interprété par Richard – OhmyGod – Armitage. J’ai crié « Lâchez-tout ! Venez voir ! » à mes copines. Et je me suis vautrée devant les trois saisons. Je n’ai toujours pas compris ce que Marianne attendait pour l’épouser, lui, au lieu d’attendre son Robin (deux saisons, car, heureusement, elle dégage vite !).


 

A peine remise de cette vision sublime (mal rasé, cheveux un peu longs, tout en cuir et en œillades à faire frémir un régiment d’infanterie), j’ai passé la dernière année à zapper entre Robin des Bois et la meilleure série depuis X-Files (oui, je suis assez vieille pour avoir connu Fox Mulder, hors rediffusion !) « MI-5 » (Spooks pour la version anglaise. Série qu’il faut impérativement visionner en V.O !). Son apparition voyait le départ d’un autre acteur sublime (Rupert Penry-Jones) mais son rôle de Lucas North en fera chavirer plus d’une (ah les mauvais garçons !) jusqu’à l’épisode final de la saison 9 (visible le 2 juillet en France sur la chaîne cryptée) où je n’avais pas autant été émue depuis la chute de Sherlock (dans la série du même nom). Il est vrai qu’il passe la moitié des saisons soit torse nu, soit avec une fille dans les bras, soit à faire des choses pas catholiques et donc…. Hum… Que du bonheur !


 

Procurez-vous aussi la dernière série anglaise « Strike Back » (visible aussi sur le replay de la Chaîne Cryptée) où son rôle de SAS mal embouché et mitraillant à tout-va le met tellement à son avantage que l’on dirait une pub pour le vendre sur eBay (qui a crié « J’achète ! » ?)!


 

Quid du cinéma me direz-vous ? Eh bien, il est apparu dans un film romantico-nul « Mariage à l’anglaise – This Year’s Love », à jouer un pilote dans « Star Wars Episode I » (où campe Ewan McGregor !), un type bizarre dans « Captain America : The First Avenger » et sera à l’affiche de « Bilbo le Hobbit – Partie 1 » l’année prochaine (il est évident qu’affublé de fausses oreilles et de je-ne-sais-quoi d’autre, il ne sera pas à son avantage, mais l’habit ne fait pas le moine, n’est-ce pas ?).


 

Ah, oui, j’oubliais, il faut aussi que vous puissiez l’écouter parler avec cette voix d’un sexy à réveiller ma Grande Tante de sa sieste éternelle !


 

Et vous ? Quel british vous fait de l’effet (à part Jude Law, qui est hors compétition, puisque MON homme !) ?


 

Article rédigé par ItemLiz Girl.



 
 

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez retrouver ItemLiz Girl directement sur son blog.

Ajouter les points
15
Points