22 889 Followers
21 414 Fans
5 827 Abonnés
3 927 Suiveurs
6 014 Abonnés

Je suis un cliché ambulant #10 : « Moi, jalouse ? »

2 Partages Facebook 2 Twitter 0 Google+ 0 Email -- 2 Partages ×

 

La jalousie, c’est comme la peur, ça n’évite pas le danger. C’est également irrationnel car on a beau avoir confiance en notre chéri d’amour, quand on est jalouse, on ne supporte pas qu’une autre fille lui tourne autour. Ce n’est pas une question de confiance, c’est une sorte de sens de la propriété très développé. Ahem…

Cette semaine, Mister Mamour et moi sommes en congés à la montagne dans un centre de vacances (et pourtant, je pense à écrire mon article pour les So Busy Girls entre le tire-fesses et le vin chaud : c’est pas beau, ça ?).

 

Alors que nous ramenions notre vaisselle en cuisine après le repas, le cuistot me salue, et pointant du menton Mister Mamour qui rangeait sa fourchette, me lance : « J’ai une collègue qui voudrait savoir si tu le prêtes. » Réflexe immédiat, je réponds du tac-au-tac « NON ! ». Plus vite qu’un skieur qui perd le contrôle, plus vif que le petit vent qui te cingle les joues sur le télésiège, j’ai répondu non. C’est tout. Je suis même partie avec un sourire amusé. L’aplomb du type qui me demande cela, la cocasserie de la situation, l’apéro au carré, me font, sur le coup, plutôt marrer. Et puis, c’est assez flatteur, au fond. Non, je ne prête pas Mister Mamour, même si à l’évidence c’est le plus sexy des clients de la semaine (souviens-toi, lectrice, de son charme à la George Clooney), et que j’ai la chance de l’accompagner.

 

Très vite, toutefois, après l’aspect flatteur, se fait sentir le deuxième effet kiss cool : je manifeste physiquement l’appartenance du sieur à ma personne : il est à moi ! Propriété privée ! Pas toucher ! JE l’enlace, JE lui pelote le cul qu’il a fort gracieux, JE l’embrasse dans le cou, JE ris avec lui, regardez comme on est un couple complice et si t’oses ne serait-ce qu’oser un regard en sa direction, je te fais avaler tes dents.

 

Voilà la première réplique possible de la jalouse. Le tout est de faire tout cela sans un regard pour l’entourage, suprême marque de dédain. Il ne s’agit pas de chercher l’approbation, ou de vérifier l’impact de cette attitude sur les harpies qui se permettent de convoiter votre homme. Non, le summum, c’est d’agir comme si ces furies aux griffes crochues, n’existaient pas, et que votre couple, baigné dans l’aura de sa félicité, lui, était seul au monde. Bref, faire péter votre bonheur à la face de l’autre poufiasse gourgandine, là. Non mais.

 

Ceci ne constitue cependant que le premier niveau de réaction, une réponse modérée en somme. C’est ce que nous appellerons l’attitude de la jalouse « passive » : le sang bouillonne mais reste suffisamment à l’intérieur pour éviter toute éruption spectaculaire.

 

Pour les autres types de réactions possibles et la suite de l’histoire, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine !

 

Pour lire les autres épisodes de Je suis un cliché ambulant, cliquez sur l’image :

 

cliche Je suis un cliché ambulant #10 : « Moi, jalouse ? »

 

Article rédigé par Oh My Robes

Oh My Robes 150x150 Je suis un cliché ambulant #10 : « Moi, jalouse ? »

 
 

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez retrouver Oh My Robes directement sur son blog.

8 réponses à Je suis un cliché ambulant #10 : « Moi, jalouse ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

classement-ebuzzing
Inscris-toi à notre newsletter !
newsletter
Les derniers articles Humeurs
Les derniers articles Beauté