Humeurs

J’ai testé pour vous : apprendre à mon homme à faire la lessive

26 mars 2017 - 10 : 38
par DarkGally

Tôt ou tard, on se met en couple. Et tôt ou tard, on a à juger de la qualité éducative d’une certaine femme : sa belle-mère ! Bon, avant de l’incriminer, il convient aussi de jauger la débrouillardise de son Jules.

C’est vrai, parfois, le mâle a dû découvrir la vie en solo avant de poser ses pantoufles dans votre nid commun. Il s’est donc initié aux joies de la vie de célibataire et de ses désagréments. Normalement, il sait faire cuire des pâtes et changer ses draps tout seul... sauf si belle-maman habitait à côté, auquel cas, vous voilà revenue au point un.

Malheureusement pour moi, j’ai coché l’option non autonome en prenant le mien…

C’est pourquoi j’ai testé pour vous : apprendre à mon mec à faire la lessive

Pourquoi la lessive ? C’est vrai, quoi, j’aurais pu vous citer d’autres tests aussi intéressants comme « apprendre à mon mec à laver la vaisselle avec du produit et non de l’eau froide » (mission accomplie) ou « apprendre à mon mec que la fourchette ne sert pas à couper la viande et le poisson, et que le couteau n’est pas censé couper les haricots verts et les petites feuilles de salade » (failure, mission aborted). Mais la lessive ayant été mon premier champ de bataille, il est normal qu’elle me vienne de suite à l’esprit.

Je vais être honnête, je n’ai rien d’une desperate housewife (je suis une desperate jobless ce qui est très différent). Autrement dit, le ménage, le rangement… ce n’est pas mon truc. Mais, et c’est important, si je n’aime pas ça (et m’en occupe exceptionnellement), je SAIS le faire ! Seulement, je ne le fais pas, ou pas beaucoup quand je n’ai plus le choix. Mon homme c’est le contraire. Il aime quand c’est fait (pas forcément par lui, notez-bien)… mais ne sait pas le faire (et donc n’est pas non plus le parfait homme au foyer).

Quand on voit les lacunes, on se demande ce que sa mère a pu lui apprendre à part se laver tout seul…

Bref, un jour qu’il se plaignait qu’il n’avait plus de linge propre, je lui ai gentiment fait comprendre qu’il était assez grand pour se servir de la machine, plutôt qu’attendre que je fasse la lessive (j’avais encore pas mal de culottes propres et de vêtements jamais portés dans mon placard…je n’étais donc pas pressée).

Sympa, je lui ai fait un bref topo de ma machine et de ses boutons. Quand on ne connaît pas, c’est normal, chaque machine est différente. Puis, je lui ai expliqué le sèche-linge.

Une fois tout fini, je décide, sympa, d’aller ranger le linge tout sec… Horreur !! Il avait mélangé pêle-mêle toutes les couleurs avec le blanc ET le noir (adieu linge blanc… bonjour linge gris-bleu moche), la laine et le cachemire, avec le synthétique (adieu cachemire), et mis le tout au sèche-linge. Je ne compte pas les vêtements à qui j’ai fait mes adieux.

Forcément, je ne suis pas contente et je lui dis qu’il aurait pu me prévenir que c’était sa première lessive (naïvement, je pensais qu’à son âge, il savait faire). C’est là qu’il m’explique que ma réaction est disproportionnée car, dans sa famille, on fait toujours comme ça (ben voyons…).

Je commence donc le cours : le blanc avec le blanc, le noir avec le noir ou le très sombre, la laine avec la laine… qui se lave à la machine, les couleurs ensemble et le cachemire au pressing. Et pour le sèche-linge… ce qui y passe sans rétrécir !

J’ai également fait un cours secondaire sur l’importance du Calgon mais aussi sur « comment décrypter une étiquette » et « il existe des lingettes si on veut mélanger les couleurs ».

J’ai eu le droit à « oui oui ».

Evidemment, inutile de vous dire que mon homme n’a jamais regardé une étiquette depuis (« ça se porte donc ça va à la machine » doit être sa devise), qu’il trouve fatiguant de mettre une lingette quand il mélange les couleurs et qu’il lave tout à 90°C. Hélas… il fait très souvent la lessive…

Ceci dit, l’échec n’est pas total, il y a même une petite victoire. Il fait très attention à ce qui va au sèche-linge pour ne rien abîmer. Ses jeans à 100€, ses chemises hors de prix, ses sweats à forte valeur sentimentale sont toujours séchés à l’air libre. Je n’en dirais pas autant de ma robe en lin, celle en soie sauvage et mon legging en cachemire. Je pense qu’il y a comme un message caché…

Moralité : la capacité d’apprentissage d’un homme dépend de son intérêt personnel au résultat !

Ajouter les points
15
Points
DarkGally
Mon nom est BOL, Pasd'BOL ! Maman chat frappadingue, frappée de malchance congénitale, je vogue dans la vie sans perdre le sourire (même si je ramasse mes dents).